Accéder au contenu principal

ERNEST LEGAREC, Le prêtre catholique qui a voulu transformer Pestel



ERNEST LE GARREC, LE PRÊTRE CATHOLIQUE QUI A VOULU TRANSFORMER PESTEL

Pestel porte encore le deuil de son curé le révérend Père Ernest LE GARREC, le prêtre catholique français qui a contribué énormément, de 1967 à 1981, à son développement. Son souvenir flotte toujours d'une formidable présence sur les toits de Pestel. Ses réalisations servent encore la communauté. Les Pestelois remémorent assez souvent ses homélies brûlantes et tranchantes dirigées à l'encontre des Tontons Macoutes. On raconte encore de lui de bonnes et de mauvaises anecdotes. On ne cesse d'évoquer sa vaillance, les responsabilités qu'il a endossées parfois même au péril de sa vie et sa verticalité contre l'injustice, les tortures et les abus de pouvoir dont étaient l'objet les paysans et les démunis. Prêtre de la Congrégation de Saint Jacques, Sociologue, Aumônier-militaire, le Père LE GARREC laisse dans la mémoire de plus d'un l'image ou le profil d'un "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe ou d'un Manuel du "Gouverneur de la Rosée". qui est débarqué au bon moment à Pestel , ce petit coin paradisiaque mais privé d'eau potable, d'une bonne école primaire et de soins de santé de qualité, pour venir nous secourir. 

Par ce texte, je tiens à reconstituer l'itinéraire d'une bonne partie de la vie du Révérend Père LE GARREC dont le nom reste encore sur nos lèvres.

Le Père Ernest LE GARREC est né le 14 août 1938 de l'union d'Angèle LE DEVENTEC et de Jean Marie LE GAREC en Bretagne à Morbihan dans la commune Languidic. Il a grandi en compagnie de ses deux frères dont Gilles, lui aussi un prêtre catholique et Étienne, père de trois enfants. Il est le deuxième enfant de la famille. Il a effectué ses études primaires à Saint Aubin à Languidic, ses études secondaires au Petit Séminaire Sainte Anne d'auray en Morbihan, une des plus grandes écoles de la région. Il était titulaire d'un CEP, d'un BECP et d'un doctorat à l'Université Socio-économique de Rennes ( l'ère des Bayahondes).

Il était de bonne taille, costaud, athlétique et très sportif. Il était très sympa, de bonne humeur et un bon sens d’humour sympathique et un homme d'un ton comique.

De juillet 1960 à octobre 1962, il a fait son service militaire en Algérie, Sous-lieutenant du 1er régiment des chasseurs parachutistes. Ce fut à ce moment-là qu'il s'acquérait de certaines connaissances martiales qu'il n'hésitait pas à utiliser pendant qu'il portait la soutane. 

Depuis 1860, au lendemain de la signature du condardat du Saint-Siege avec Haiti, les missionnaires catholiques ont toujours été présents au pays, dont les missionnaires de la congregation de Saint-Jacques, créé en 1966 en Haïti. Haïti était jusqu'à cette époque une terre de missionnaires puisqu'elle n'a pas encore produit ses propres prêtres. Il n'y avait pas beaucoup de vocations, et que la plupart des jeunes haïtiens intéressés étaient des enfants naturels, ce qui rendait inéligible à la prêtrise. A cet effet, l'église catholique haïtienne importait des jeunes prêtres français.

LE GARREC était parmi les cohortes de jeunes prêtres français qui s'étaient mises disponibles pour venir évangéliser le peuple haïtien. D'ailleurs c'est ce désir qui l'a animé.

Il fut admis au grand Séminaire de Saint Jacques le 29 juin 1962 lors de la cérémonie de l'admission, de la tonsure et de la prise de soutane par Monseigneur Louis COLLIGNON, Évêque des Cayes. 

Il fut ordonné Sous-diacre le 19 avril 1964 à Saint Jacques par Monseigneur ROBERT, évêque. Puis Diacre le 29 juin de cette même année par Monseigneur POIRRIER. Archevêque de Port-au-Prince au Séminaire de saint Jacques (Finistère ). Un an plus tard, il fut ordonné prêtre par le même Archevêque de Port-au-Prince. 

Père Le Garrec a commence sa carrière pastorale la même année, il est envoyé en Haïti où Il fut nommé vicaire à "l'Anse à Veau", Paroisse du département des Nippes, Haiti, faisant partie à l' époque de la diocèse des Cayes. Là-bas, il y créa une coopérative de pêche qui rapidement regroupa cinq embarcations à moteur. La réussite commerciale de cette opération, dont les seuls bénéficiaires étaient les pauvres pécheurs du coin, lui valut la reconnaissance des populations les plus modestes du village et l'hostilité des autorités locales. Les "Tontons macoutes" de l'époque souhaitaient évidemment participer aux bénéfices de l'entreprise. Durant 4 années il s'y opposa farouchement. Mais finalement, après que les macoutes eurent coulés 4 de ses 5 canots, LE Le GARREC de guerre lasse, de plus en plus isolé, obtint sa mutation à Pestel.

A Pestel, il fut acceuilli à bras ouvert en 1967. Ce petit coin paradisiaque privé d'eau potable, d'une bonne école primaire et de soins de santé de qualité, avait besoin de sang neuf après les derives macoutiques.

Il y fut débarqué en 1967 à un moment où l'église catholique de la zone était très décriée à cause de l'attitude macoutique du révérend Père A. Marius.

Père LE GARREC resta 13 annéess de sacerdoce à Pestel. Visionnaire pragmatique, le Père s'est illustré pendant ses treize ans de sacerdoce dans la Paroisse comme un grand animateur social. Il entreprit la construction de plusieurs citernes dont le nombre n'est pas mentionné dans les archives du presbytère, le cimentage de sources, la construction de lavoirs, du quai principal du port de Pestel en 1977, la fondation en 1978 de l'école primaire presbytérale (aujourd'hui connue sous le nom de Saint François d'Assise) qui accueillait en cette époque plus de 300 enfants, puis d'une école de formation professionnelle et d'art ménager pour les adolescents et adolescentes dans un ensemble qui a porté son nom ("le Centre Legarec") qui malheureusement n'existe plus. Il entreprit la construction d'un clocher et la mise en place d'une cloche, la création d'un atelier dans la cour du presbytère regroupant divers corps de métiers et artisans avec leurs outils et équipements capables d'intervenir pour tous travaux, tous dépannages, toutes constructions sur toute la Paroisse. En ses treize ans, il a réalisé presqu'autant que toutes les personnalités politiques de la communauté.

En outre, les pestelois seront redevables Parmi les autres actions les plus spectaculaires et les plus utiles dont Pestel était redevable au "Père", il y eut la mise en service du dispensaire. Quand il fut arrivé, le centre hospitalier était alors dépourvu de tout. LE GARREC ; pour pouvoir le faire fonctionner, il sollicita l'aide de l'ONG ‘’ Médecins sans Frontière’’ qui mit à la disposition du centre deux infirmières belges et des médicaments. Plus tard, il embaucha deux infirmières haïtiennes. Pour rappel, le dispensaire avait été fondé en 1954 sous la présidence de Paul Eugène Magloire. À son arrivée, LE GARREC allait le faire réhabiliter grâce au financement de certains organismes caritatifs.

En plus de cela, il distribua le courant électrique du presbytère à une bonne partie du bourg, car l'usine électrique créée par le sénateur Louis Delorme était dès lors dysfonctionnelle. Il y créa une équipe de volley-ball féminine. Parmi les joueuses, on peut citer Marie Hélène Dorcily, Anaëlle Alcégaire.

Très proche de ses fidèles, il concéda des terrains à des personnes qui se sont mises au service de la paroisse. Il fit nommer certains jeunes dans l'administration publique. Et il était toujours prêt à secourir les gens en difficulté. On me raconte ses diligences pour sauver la vie d'un jeune garçon poignardé à Desriveaux, 4ème section. 

Très accroché à ses activités pastorales, rude travailleur, le Père LE GARREC avait toujours en main soit une truelle, soit une scie ou le pied à l'étrier. Il visita assez souvent ses Chappelles. Comme Manuel dans "Gouverneur de la Rosée", il s’était donne donna la mission de faire venir l'eau dans la ville, voilà pourquoi on le retrouvait parfois seul dans tous les bosquets. Je cherche de l'eau, disait-t-il à ceux qui le croisaient. Il se faisait guider parfois par Michaël Bojoux, son homme de main. Selon ce qui est dit, Il avait le projet de capter l'eau des nappes phréatiques situées dans le sous-sol de l'actuelle habitation de Sainfiney Dorcely (Nan pi, entrée Sud de la ville). Le fait qu'il n'a pas eu le temps d'approvisionner Pestel en eau potable a été son plus grand regret, commentent plusieurs personnes. 

On me raconte qu'il aimait le bon vin et le whisky qu'il recevait assez régulièrement de l'ambassade de France, sans pour autant dédaigner le rhum et le tafia local. 
Au Presbytère, il reçut assez souvent des visites de certains hauts dignitaires dont celles de l'Ambassadeur français et de sa famille. Le Père LEGAREC allait souvent à la chasse et à la pêche. Pour se déplacer, il s'acheta, un canot à fond plat, une chaloupe à voile et une moto très légendaire. Il a fait tout cela grâce au financement des organismes caritatifs et de l'aide de son pays.

Il était la première personne à avoir fait la promotion pour de l'Anse Blanche. Il invitait régulierement ses amis à y venir. On me fait croire qu'il y a reçu discrètement le président Jean Claude Duvalier ainsi que la famille Madsen de Port-au-Prince.

Défenseur des démunis, il se brouillait assez souvent avec les autorités duvaliéristes et macoutes de la commune. Celles-ci, bien sûr voulurent toucher leurs parts du gâteau, c'est-à-dire entendaient recevoir un pourcentage sur tous les dons en espèces ou en nature que le père recevait. Pour rappel, dans le département de la Grand'Anse, il n'était pas seul dans ce combat contre les cyniques Tontons macoutes; LE GARREC a toujours bénéficié du support de son superviseur hiérarchique de Jérémie, le Monseigneur Willy Romélus, Évêque de Jérémie, qui était lui aussi toujours hostile au régime macoute. 

Sa popularité ne s'arrêta pas uniquement à Pestel, mais également jusqu'à Port-au-Prince où il avait le bras long et où il était devenu rapidement la coqueluche de la communauté française. Il était très connu dans la diocèse de Jérémie. 

Persécuté pour ses idées politiques et ses dénonciations, il dut quitter Pestel en 1981 pour retourner définitivement en France. Redevenu Aumônier militaire de la Marine à l'Orient en Morbihan, Ernest LE GARREC rédigea une thèse de 3ème cycle de sociologie consacrée à la société rurale haïtienne qui fut publiée en 1987 par les éditions "Karthala" sous le titre "Haïti, l'ère des Bayahondes". 

De 1984 à 1986, Il fut nommé Aumônier de la base de Kourou en Guyane.

De septembre 1986 à septembre 1989, il fut aumônier de la brigade parachutistes de Tarbes ( Pyrénées). 

En juillet 1986, il fut en mission en Tchad et en Nouvelle Calédonie; puis en septembre 1989, il fut nommé curé de la paroisse Saint Paul de Cayenne et aumônier des migrants. À rappeler que les aumôniers ont pour rôle de répondre aux besoins spirituels et religieux des militaires et leur famille, à supporter moralement les troupes et à conseiller autant les membres du rang que les officiers.

LE GARREC est décédé à l'hôpital de Rennes le 29 septembre 1992 et ses obsèques furent chantées le 02 octobre à l'église Saint Pierre de Languidic en présence d'une cinquantaine de prêtres. Ses dépouilles sont déposées au caveau familial en Languidic.

De lui, plusieurs anecdotes restent encore célèbres. Les plus racontées sont celles-ci; "un jour, un cheval le renversa par terre, dès qu'il se releva, il tira le cheval par ses deux pieds d'avant et le renversa à son tour". On raconte aussi qu'il a fait mordre, un jour, la poussière à un groupe de jeunes gens qui tournaient en dérision sa façon de monter à cheval en cow boys. Les mauvaises langues prétendirent qu'il voulait relier le presbytère au dispensaire par des câbles de connexions talkies de sorte qu'il soit en communication constante avec les infirmières surnommées "Miss Père LE GARREC" que l'on fait passer pour ses concubines. D'autres anecdotes racontent aussi certains liens étroits qu'il aurait entretenus avec plusieurs jeunes femmes haïtiennes de la paroisse. À l'instar de lui, on reproche à beaucoup de prêtres leur vie sexuelle cachée. Des accusations parfois non fondées. Est-il vrai qu'il ait des relations sexuelles avec elles? Tel n'est pas un procès que j'engage contre lui. Passons! Un fait est certain "Personne n'est parfaite".

Le Révérend Père LE GARREC reste l'un des Curés le plus populaire et le plus progressiste de la Paroisse depuis sa création officielle le 19 mars 1876, quoiqu'élevée au rang de paroisse le 17 octobre 1821 par le président Jean Pierre Boyer en référence à sa loi portant sur la délimitation territoriale du pays. Viennent ensuite le Père Raymond Mailhiot et le Père Jean Parnel Lundy qui inscrivent leurs noms en lettres d'or dans le registre de la Paroisse Saint Joseph de Pestel. À trois, ils y laissent des souvenirs impérissables. Durant ses douze ans à Pestel, s'il s'imposait c'était grâce à son dynamisme, son sens d'organisation, son autorité naturelle et à sa personnalité. En mémoire de lui, la famille du feu Roger Bazille, un de ses proches collaborateurs, fonde à Delmas une école qui porte son nom :"Institution Mixte Ernest Legarec (IMEL)".
Notes 
1. Certaines informations sont tirées du texte d'Alain Bosmans titré le récit du créateur de la fête de la mer;
2. D'autres informations me sont parvenues par Isabelle LEGAREC, sa nièce à qui je suis en contact ;
3. Des témoignages de quelques personnes (Odilhomme Jean Denis, Michael Bijoux, Marie Hélène Dorcily, Pierre Gérard Bazile, Anthony Debrosse)
4. Linstant A., Linstant Pradeline, Emmanuel Édouard : recueil des lois et des actes du gouvernement d'Haïti 1809-1821
5. Micial, NERESTANT: L'Église d'Haïti à l'aube du troisième millénaire (Karthala, 1999) : essai de théologie pratique et de sociologie religieuse 

James Saint Germain 

Un grand merci à Isabelle LE GARREC pour m'avoir fourni quelques bonnes informations.

Remerciement également à Michael Bijoux, Pierre Gérard Bazil, Marie Hélène Dorcily, Anthony Debrosse, roldy Gilles et à Maggy Desilier. 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.