Accéder au contenu principal

La problématique de l'eau à Pestel, causes et perspectives ? Par James Saint Germain

la problématique de l’eau à Pestel 

Y-a-t-il un serieux problème d'eau potable à Pestel ? Depuis quand ? Que font les autorités locales pour pallier ce problème ? Que fait la population en cas de sécheresse ? Telles sont les préoccupations de cet exposé ? 

L'accès à l'eau est largement considéré comme un des principaux droits de l'homme. En Haïti, la problématique de l'eau, en particulier l'eau douce, est l'objet des préoccupations et d'un débat national croissants. Une partie essentielle du débat actuel sur la problématique de l'eau, de fait, se situe plutôt autour de la gestion et de l'exploitation de cette richesse, afin de bien les structurer et d'en tirer profit collectivement. Pestel est l'une des communes qui est concernée par ce débat. 

L’un des problèmes auxquels est confrontée Pestel depuis sa genèse est la pénurie d’eau potable. Moreau St. Mery raconte combien il était difficile pour les aventuriers français débarqués aux iles Cayemittes de trouver de l’eau pour leur consommation. Ils étaient obligés de faire usage de citernes ou de marres. Le manque d’eau a été la principale cause de leur déplacement vers la grande terre. Malgré tout, en saison hors pluvieuse, ils connurent la même péripétie.  Après plusieurs années, ils finirent par s’en accommoder.

Le problème persiste de siècle en siècle. Les démarches sont pourtant nombreuses. La construction de la citerne communautaire de Tifon  en 1935 fut parmi les solutions adoptées. En outre, sur l’habitation de l’école nationale de Pestel, un puits fut creusé mais l'eau captée était vraiment saumâtre. Une étude sur le captage de la source de Savon fut réalisée depuis en 1984 par l'ONG Care sur recommandation  Yoland Gilles quand il fut député, mais elle est toujours en attente d’être exécutée. Cette étude était conduite par la firme FedEx. D'après les résultats, l'eau est de bonne qualité. Elle ne peut gravir les pentes que par gravité mécanique. Le système est actuellement dysfonctionnel. 

En 2011, la BID aurait financé à hauteur d’un million de dollar US le projet du captage de la source Lamantin; ce n’était pas la solution idéale étant donné que l’eau captée est saumâtre. Le projet devient une dérive.

Et la configuration géographique de  Pestel est pour beaucoup dans la persistance de ce problème. Trop de mornes à traverser pour pouvoir mener l’eau jusqu’aux villages.

La pénurie d’eau constatée ne devrait pas être un problème aussi crucial. L’écrivain Jean Claude Fignolé fait remarquer que «  Pestel détient, emprisonnée dans de vastes poches, la plus importante réserve d’eaux souterraines d’Haïti »(1). Dans le livre blanc de Pestel, l’auteur mentionne que  l’hydrographie de la commune comprend deux étangs (ka Dinoir, 3ème Jean Bellune et Zèb Razwa, 4ème Tozia), un lac (Trou Tuffe, 3ème Jean Bellune), deux lagons (Découvert, 3ème Jean Bellune et Lagon Plaine Matin à 5ème Duchity), une rivière (sic.) et plus de vingt quatre sources (2). La source Bouilly située à Vandribiche possède un grand débit apte à alimenter presque toute la commune en eau. Duchity est pourvue dans ses hauteurs des sources qui pourraient être captées.  

De plus, combien de litres d’eau courante qui est gaspillé après chaque pluie ? A la Hatte à Foucault, plus de 10 millions de gallons d’eau sont gaspillés quand la rivière Glace en déverse. Le problème n’est rien d’autre que l’absence de techniques pouvant l’emmagasiner. 

Au niveau de la 1ère section  Bernagousse, il n’y a pas de système d’adduction d’eau. La population utilise en grande partie l’eau de pluie emmagasinée dans des citernes.

La 2ème section Espère n’est pas alimentée par aucun système. Cette population fait face à de nombreuses difficultés en période de sécheresse. C’est également l’eau de pluie qui est emmagasinée dans des citernes en vue de nombreux usages.

Deux sources ont été identifiées pour l’alimentation de la population en eau potable. Il s’agit des sources Lucière et Nan Bambou qui sont appelées à être étudiées pour déterminer leur capacité et la faisabilité de les capter.

Au niveau de la 3ème section Jean Bellune, il n’y a pas de système d’adduction d’eau potable qui alimente toutes les localités. Le système qui a été construit et qui alimentait certaines localités de la section est en panne depuis deux ans. L’eau consommée est celle de la pluie captée et emmagasinée dans des citernes. Plusieurs sources ont été identifiées et pourraient être captées ou aménagées pour satisfaire les besoins de la population. Il s’agit des sources Laclotte et Lan Sili qui sont à fort débit. À Savon, il existe une source qui est captée mais elle n'alimente pas toute la section. 

Dans la 4ème section Tozia, on utilise les eaux de sources et de citerne. En période de sécheresse, c’est l’eau de rivière qui est consommée. Certaines sources peuvent être captées ou aménagées pour la consommation de la population de la section. Il s’agit plus précisément des sources Laclotte et Nan Guiste. Le problème est en partie résolu puisqu'il existe à Desriveaux un système d'adduction d'eau potable. Qu'en est-il des localités situées dans les hauteurs ? Que font ces communautés pour s'abreuver ? 

Au niveau de la 5ème section Duchity, il existe un système d’adduction d’eau. Mais  cette eau n’est pas tout à fait potable. Autrement dit, elle n'est pas tout à  fait de bonne qualité et est à la base de nombreuses maladies telles que diarrhées et fièvre typhoïde. Une étude du système mérite d’être faite pour déterminer les causes de la mauvaise qualité de l’eau et y apporter les solutions qui s’imposent. Les sources Nan Kanal et Trois Sources sont potables et peuvent être captées pour alimenter la population de Duchity. Pourquoi le refus de leur captage? 

Au niveau des Iles Cayemites, c’est l’eau de pluie qui est consommée. L’eau de plusieurs sources est saumatre. Parmi les sources qui ont été identifiées comme étant potable pour alimenter la population de l’Ile, on peut mentionner : Source Fantasse, Zabricot, Trou Béta, Ville Neuve, Anita …

Le manque de visions de nos autorités n'est-il pas une des causes de la persistance de ce problème à date? Pestel ne saurait être privée d'eau potable en tant que commune côtière. L'eau de la mer pourrait être dessalinisée au bénéfice de la population.  L'Etat a aussi une  grande responsabilité dans cette affaire. Il ne se soucie guère de la qualité de l'eau consommée par la population. 

Il n'est pas normal pour que ce problème existe à Pestel en plein du 21ème siècle. 

Pestel,  selon plus d'un, n'est dans une situation d'abondance en eau. L'accroissement prévisible de la demande, fondé sur l'accroissement de la population et de la demande par personne, recèle un certain risque de pénurie. La sécurité n'est pas totale au regard de la quantité en eau et de la réponse aux besoins de la société. Dans un tel contexte d'incertitude, quelle est la place de la prudence dans une politique de l'eau ?

Force est de constater qu'il en manque d'initiatives privées capables d'adresser le problème au niveau de la commune.  Pour combien de temps le problème va persister ? Que faisions-nous pour résoudre ce problème ?  Le débat est en tout cas lancé.  

James Saint Germain 

Notes 

1- Raj Magazine, Pestel entre souvenirs et perspectives 

2- livre blanc de Pestel préparé par Associations des Maires de la Grand'Anse 

Texte écrit depuis 2016


 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.