Accéder au contenu principal

Hommage à mtre Jean Latendresse, un des plus grands enseignants de Pestel

Hommage  à  mtre Jean Latendresse, un des plus grands enseignants de Pestel 

Les années 70 et 90 sonnent très fort dans l'histoire de Pestel autant que dans l'économie, le football que dans l'éducation. C'est pendant ces trois (3) décennies que le centre-ville a connu une génération d'enseignants qui se sont illustrés par leur savoir-faire, leur talent, leur charisme et leurs compétences. Jean Latendresse appartenait à ce cercle de professeurs qui ont légué un héritage pédagogique calquée sur l'érudition et l'observation. Il s'agit de prodiguer à l'enfant une bonne éducation qui lui permettra de réussir sa vie. Voici le parcours de ce grand enseignant qui malheureusement n'a pas été honoré de son vivant.

SON PARCOURS 
Fils d'un notable du bourg de Jérémie Jean Marie Joseph Latendresse, Jean est né en mai 1936. Ses parents étaient de souche Dominomarienne (Dame Marie). Il est issue d'une famille modeste. Comme bon nombre de jeunes de Jérémie, Jean a fréquenté le Frère Paulin, un des plus grands établissements scolaires du pays en cette époque. Contrairement à son vœu, il n'a pas achevé ses études classiques.
 
Il a grandi au contact des idées socialistes qui battaient leur plein dans le monde. Très intéressé par la politique, préoccupé par du changement et très hostile au régime duvaliériste, il a milité à Jérémie aux côtés de Eddy Cavé, Alphonse Bazile, Jean Lavalasse, Gérard Edmond au sein du Parti Entente Nationale (PEN) de Jacques Stephen Alexis. Ce mouvement a fait banqueroute puisqu'il était pratiquement étouffé dans l'oeuf par des tontons Macoutes.

Plus tard, mtre Jean est recruté comme agent au sein du Service National d'Éradication de la Malaria (SNEM). Son travail l'a amené d'abord à Corail puis à Pestel vers 1976. Placé d'abord avec Jeannette, il s'est ensuite marié en 1978 avec Faguette Thomas. Sa première conjointe était pourtant une Jérémienne s'appelant Odette Pasquier. 

Dès son intégration au sein de la communauté pesteloise, il a offert des cours de leçons aux fils de certains particuliers parmi eux on note la présence de Marc Ronel Alcegaire, d'Ainel Alcegaire, de Fedji Bernard et de Roldy Gilles. Après autant d'éloges, il a créé une école. En 1979, il est appelé par le père Legarrec pour être le sous-Directeur de l'école presbytérale Saint François d'Assise fraîchement fondée. Poussé par la porte en 1981 par le Père Surfrin, il a mis à nouveau sur pied une autre école dénommée Jean Marie de la Menais où il a formé Plusieurs générations d'élèves dont la plupart étaient des lauréats des examens d'état. Au collège Villevaleix François, il a dispensé le cours de biologie. Quand le collège est devenu lycée national de Pestel, il a laissé tomber ce cours puisqu'il n'a pas été nommé à cause de certaines irrégularités constatées dans son dossier.

Mtre Jean était le premier responsable bibliothécaire de la Bibliothèque de Pestel appelée autrefois CEPEC créée grâce aux fonds de la fête de la mer. 

Mtre Jean n'a pas bien vu le pouvoir de Jean Bertrand Aristide. C'est pourquoi quand le président Jean Bertrand est revenu de l'exil, il a été persécuté par les sympathisants de ce régime. Il a dû quitter momentanément Pestel. 

En 1998, Mtre Jean a été diagnostiqué diabétique. À cause de son manque d'adhérence et du non non-respect à son diète, son cas s'empirait à un point tel qu'il est frappé par la cécité. Finalement il est décédé le 08 juin 2001. 

SON HÉRITAGE 
De tous les professeurs qui ont marqué ma formation académique , j'ai admiré particulièrement Jean Latendresse pour son aptitude, sa méthode pédagogique, son savoir faire. Sa pédagogie se trouve alors incorporée dans la formation qu'il a reçue à Frère Paulin. Ce modèle d'éducation qu'il a relayé était basé sur le parcoeurtisme, l'utilisation des sanctions négatives et tendait au bien-être de l'enfant. Ce n'était pas alors la meilleure pédagogie mais celle-ci a quand même donné de bons résultats. 

J'ai apprécié chez mtre Jean son dévouement, sa patience et sa facilité avec laquelle il donnait les explications et présentait ses exposés magistraux. Il maîtrisait assez bien presque toutes les matières. Il était calé en mathématiques, en français et en connaissance générale. Ses cours étaient préparés en fonction du programme du ministère. 

Mtre Jean était un homme talentueux, studieux et un passionné de la science, un obsédé de l'information. Si j'ai une tête bien faite, un faible pour la culture générale c'est grâce à lui, il m'a toujours encouragé à privilégier le travail bien fait et un amour pour la connaissance générale. Il a inculqué à tous ses apprenants une assiduité, un goût pour la production écrite. Il a fait développer le sens critique chez les élèves. 

N'en déplaise aux autres enseignants des classes primaires de Pestel, je n'ai jamais connu un puits de connaissance comme lui. Il était à mon avis le plus talentueux enseignants des classes primaires que la commune ait connu. Il a exercé son métier avec élégance, avec amour et avec du sérieux. C'était un héros de l'enseignement, un homme au verbe facile mais pas beau de visage. Des enseignants tels que Pierre Claude Guillaume, Gilbert Alcégaire, Gilbert Antoine relaient sa méthode pédagogique. 

DES SOUVENIRS 
Je garde encore à mon esprit plusieurs souvenirs de mon prof. J'ai beau mourir d'amour pour ses lettres qu'il nous a proposées comme modèle à l'approche des examens de certificat comme on dit autrefois. Je n'ai non plus oublié ses méthodes de récitation. Dès notre arrivée en salle de classe, il nous dit "prenez vos cahiers de récitation et reproduisez ce que vous eu comme leçons d'histoire, de géographie, de j'aime Haïti et autres". Tous les jours, c'était toujours pareil. En passant, je me rappelle que Dominique Philippe a toujours récité le Notre Père entre les leçons récitées quand il ne les a pas bien sues.

J'ai encore à l'esprit les moments où il nous laissait travailler tous seuls pour aller siroter son grand pot d'akasan. Par curiosité, les élèves tels que Mario Laforêt dit Fréro le suivirent pour   aller constater son volume de nourriture consommée.

Je lui ai reçu une fois une fessée pour une chose dont je n'avais aucune responsabilité; à dire vrai, le commanditaire  de ce fait était alors mon ami Emmanuel Bernard puisque c'est lui qui, en voyant arriver le prof à l'endroit où nous étions, a demandé à sa petite sœur Nana de piquer à Mtre Jean"12 boules" quelque chose qu'il n'aimait pas entendre. Cela s'est passé un après-midi après classe lorsque j'étais en préparatoire II. J'étais sur les lieux quand Nana a usé de cette ironie à l'endroit du feu Jean Latendresse qui reste collé à mon esprit.

La dernière fois où je  l'ai rencontré ce fut à Port-au-Prince en juillet 2000 chez une cousine de ma maman. Il était déjà un mourant. Malgré tout, il a filé à mes oreilles « tiens bon!». Cette courte phrase était un mot d'encouragement, une façon de me motiver davantage dans mes études.

Merci à toi mon professeur pour avoir contribué à ma formation académique et sociale. 

James Saint Germain
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.