Accéder au contenu principal

Hope part en voyage et découvre la vraie richesse !

Hope est une jeune femme de 28 ans qui vit avec ses trois hamsters et qui s'entraîne pour courir un marathon le 31 août 2021.  Plusieurs malheurs se sont abattus sur elle au cours des derniers mois.  Elle s’est cassé un fémur, fracturé un coude et avait un problème au genou.  Hope navigue entre le désespoir et la confiance face à sa situation. Ses deux meilleurs amis Rebond et Despair lui sont d’un grand soutien dans toutes ses péripéties.  Ils l’aident à garder espoir, à reprendre confiance et à ne jamais abandonner. La plus grande qualité de Hope, c’est sa persévérance face à l’épreuve.  Les meilleurs cadeaux qu’elle a reçus de la vie sont : sa foi en Dieu, sa famille, ses amis et son courage.  Grâce à ces cadeaux, Hope apprend à se relever après chaque chute et à ne laisser rien lui faire croire qu’elle n’en est pas capable et la détourner de ses rêves. 

Pour se reposer un peu, prendre une pause de son entraînement exigeant et donner un peu de répit à son genou affaibli, Hope décide de partir en voyage.  Il y a une éternité depuis qu’elle n’a pas vu ses amis les Lafleur.  Elle n’a même pas encore rencontré leurs deux brillants enfants, Matis et Stella.  Elle résolut en son cœur de leur payer une visite ; et c’est ce qu’elle fait : elle fait ses bagages et part en voyage.  Rebond et Despair voulaient l’accompagner, mais ils ne le pouvaient pas à cause de leur travail.  Toutefois, ils se réjouissent pour leur amie, car se disaient-ils, s’évader de la vie trépidante de la ville ne pourrait que lui faire du bien.

L’amitié sincère et loyale fait partie des joies indéniables de la vie !

Les Lafleur habitent dans un splendide village jonché au creux de majestueuses montagnes royalement élevées sur les hauteurs de la ville de Pestel située dans le Sud-Ouest (département Grand'Anse) de la République d'Haïti. Pestel offre un spectacle grandiose dans lequel la mer et les montagnes se laissent aller, suivant les caprices du vent, tantôt à des pirouettes enivrantes du Compas et tantôt à une valse relaxante capable de séduire même les plus baroques.  Quand Monsieur Soleil se prépare à faire son lit pour ouvrir les rideaux à l’entrée mystérieuse de Madame Lune, la mer et les montagnes de Pestel, bercées par la douce brise du soir, offrent aux spectateurs avides de merveilleux un regard enchanteur dont seuls les habitants marins connaissent le secret.  On est saisi d’une extase exubérante et reçoit un avant-goût du paradis rien qu’à regarder la parade amoureuse de la mer et des montagnes de la ville de Pestel.

Les merveilles de la nature offrent un spectacle qu’on ne trouve pas au cinéma !

C’est dans ce coin paradisiaque que Hope va passer les quatre prochaines semaines.  Les Lafleur habitent sur leur petite ferme familiale où ils trouvent quasiment tout ce dont ils ont besoin.  Les Lafleur ne sont pas riches.  L’on pourrait même croire qu’ils sont démunis, si l’on considère la richesse comme le fait d’avoir un compte en banque bien garni.  Cependant, ils ne sont pas non plus pauvres.  Hope a même tendance à croire que les Lafleur faisaient partie des plus fortunés des vivants, tenant compte de leur mode de vie simple, sain et fantastique.

Dans leur assiette, la nourriture des Lafleur est pleine de vigueur et ne connaît pas cet air flétri et fatigué qu’affiche la nourriture des citadins à force de voyager et de parcourir des kilomètres.  Leurs chiens ne connaissent pas ce que le mot laisse signifie.  Leurs enfants courent sous les cocotiers et les manguiers parfois centenaires.  Ils jouent au cache-cache dans les immenses champs de caféier.  Ils se cachent entre les crics des rochers et galopent à bride libre les chevaux, ces bêtes avec lesquels ils entretiennent une amitié complice à force de les chevaucher.  Le soir venu, tout le monde se réunit autour d’un grand feu de camp et les aînés racontent des contes qui font danser dans la tête des plus jeunes des personnages héroïques, des paysages extraordinaires et des scénarios les uns plus hardis que les autres.  Non ! les Lafleur ne sont pas pauvres, ils détiennent cette richesse que l’argent ne peut pas procurer.

La vraie richesse se trouve dans la liberté, la beauté, la joie de vivre et la simplicité de la vie !

Les vacances de Hope s’annoncent d’être merveilleuses chez les Lafleur.  Les villageois de cette petite communauté de Bellevue promettent à Hope de lui faire redécouvrir les secrets et les merveilles de leur petit village.  Chaque jour, ces derniers invitent Hope à venir dîner chez eux, à se joindre à eux pour déguster de juteuses mangues ou simplement à passer prendre un café avec eux.  Ils lui apportent en quantité inimaginable des noix de coco, des ananas, des abricots, des cayemites, et toutes sortes de petites gâteries qu’on ne rencontre que dans ce coin de monde magique.  Hope, en plus de s’inquiéter pour sa ligne avec tous ces présents, s’étonne de l'extraordinaire générosité de ces gens que les statistiques officielles de la République d'Haïti – et du monde dit développé – qualifient de pauvres.  Elle commence à croire que la vraie pauvreté, c’est l’incapacité de voir et de jouir des richesses simples de la vie.  Alors que la pire forme de pauvreté est celle de l’esprit.

La générosité et l’hospitalité sont des trésors inestimables !


À certains égards, les habitants de Bellevue, petite communauté de la zone de Désert, une localité de la première Section Communale de Pestel, sont plus riches que la moyenne des haïtiens.  D’ailleurs, s’ils ne sont pas morts prématurément par des coups montés de malfaiteurs, ces coups bas qui existent autant dans les villes que dans les campagnes, on croirait que la mort aurait oublié l’existence des Bellevistes tellement ils vivent longtemps.  Ils mènent leur existence courageusement, paisiblement et simplement.  Les Bellevistes ont ce stoïcisme et cette sagacité qui manquent à la plupart de leurs contemporains.

L’argent, la gloire et le savoir ne sauraient rivaliser avec la grandeur d’âme qui est une marque de la vraie richesse !


Léonne Valantin 

Commentaires

  1. C'est un très beau texte. Si je n'étais pas originaire de ce bout de terre magique dans le département de la Grand'Anse j'aurais pensé qu'il s'agissait d'un conte de fées. Sauf que l'auteur ne nous a pas dit d'où vient Hope !
    Yvon Azor

    RépondreSupprimer
  2. C'est un très beau texte. Si je n'étais pas originaire de ce bout de terre magique dans le département de la Grand'Anse j'aurais pensé qu'il s'agissait d'un conte de fées. Sauf que l'auteur ne nous a pas dit d'où vient Hope !
    Yvon Azor

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.