Accéder au contenu principal

De la responsabilité des élus locaux dans la misère des populations rurales, par Jean Reynold Belance

 De la responsabilité des élus locaux dans la misère des populations rurales



Mes chers compatriotes élus locaux, votre passivité depuis ces  dernières années en tant que leader vis-à-vis des responsables du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, des Gouvernements de la République, des Parlementaires, de la FENAM, de la FENACA et de la FENASEC  m’interpelle profondément. Ce qui aujourd’hui, me met dans une situation où je dois en partie, vous partager la responsabilité  de tout ce qu’endure la  population vivant dans les 572 sections rurales  comme misère. 

Vous gardez votre silence comme si tout allait bien pour vos mandants. Par cet article, je veux m’adresser spécialement aux dirigeants de l’ACAGA : Association des CASEC de la Grand ‘Anse et ceux de l’AMAGA : Association des Maires de la Grand ‘Anse.

Quel est donc, l’objectif  de votre silence ? S’agit-il d’une stratégie de combat ou de la peur d’être révoqué par le pouvoir car, la majorité d’entre vous sont là, à titre « d’Agents Intérimaires de l’Exécutif ? Si c’est le cas, je vous conseillerais non seulement de revoir la méthodologie, mais aussi d’aller plus vite car vos minutes sont comptées. Vous devriez être, les vraies forces mobilisatrices du pays tenant compte de votre proximité avec la population ; car les parlementaires et les candidats à la présidence pourraient bien en témoigner. Et, c’est la raison pour laquelle au moment des élections les ASEC, CASEC, MAIRES, DELEGUES DE VILLES  sont les plus sollicités, mais toujours jetés, méprisés après les élections.

 Réveillez-vous de ce profond sommeil, la population vous observe, elle vous prend de notes quotidiennement.

Aujourd’hui le moment est venu de  faire sentir, au gouvernement et aux parlementaires que vous avez, vous même été élus, leur dire que la population rurale augmente, mais vous n’avez pas assez d’écoles pour recevoir les enfants, pas de centre de santé, pas d’eau potable, pas de bibliothèque, pas de centre professionnel et de centres sportifs pour nos jeunes, l’exode rurale s’intensifie, la population semble être désespérée. Dans les sections communales, les gaguères et l’alcool représentent l’unique alternative en matière de loisir. La misère fait rage sur le  visage de vos mandants. Le département de la Grand ‘Anse, grenier de l’agriculture dans le temps, est aujourd’hui classé parmi les plus pauvre du pays. Ainsi, j’ai eu à lire avec peine dans le nouvelliste une recherche qui a été publiée par le Ministère du Plan  en  2012, la Grand ‘Anse a occupé la 3ème  place avec un taux d’extrême pauvreté de 37% (le nouvelliste, vendredi 6 Avril 2018) ; je dois rappeler que cette étude a été réalisée bien avant le passage du cyclone Matthew le 04 octobre 2016, le plus dévastateur après AZEL en 1954. La Grand ‘Anse est à genou, nos enfants meurent de faim. En 2017, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) à travers son Unité de Coordination du Programme National d’Alimentation et de Nutrition (UCPNANu) avec le co-financement de certaines Agences des nations Unies (UNICEF, PAM et OCHA) a mené une enquête SMART sur (12) douze communes du département de la Grand ‘Anse et (6) six sur le département du sud. Les résultats de cette enquête ont permis d’identifier  cinq (5) communes du département de la Grand ‘Anse ayant des poches de malnutrition ; Dame Marie, Ase d’Hainault, Irois étaient parmi ces cinq commune. En réponse à l’insécurité alimentaire dans laquelle sombraient et pataugent encore les habitants des différentes localités du département de la Grand ‘Anse ;selon les dernières analyses IPC(Octobre 2017) une pléiade d’ONG internationale dont je me souviens de : Action Contre la Faim (ACF), Solidarités Internationales (SI) ,Agence de Coopération technique et du Développement (ACTED) et leur partenaire locaux ont décidé de mettre en œuvre un projet de transfert monétaire financé par l’Union Européenne. A cet effet, plusieurs millions de dollars ont été décaissés. Cette activité devrait permettre de lever une partie des contraintes des ménages les plus pauvres liées à l’accès aux aliments grâce à l’octroi mensuel de coupons alimentaires et de billets de banques (cash). C’était ça l’idée, mais en dépit de votre indulgence, votre soumission à l’égard des expatriés, vous leur avez donné l’opportunité de renforcer le niveau de vulnérabilité des ménages  en situation déjà trop précaire. Vous n’avez pas profité de l’ACADA et de l’AMAGA pour défendre les intérêts de nos 14 communes, et de nos 47 sections communales.

Sur le plan éducatif, je me rappelle en date du 15 décembre 2016 soit deux mois après le passage de Matthew, les responsables du Ministère de l’Education et de la Formation Professionnelle à travers un communiqué parlait de la réhabilitation de plus de 313 écoles dans les régions affectées par l’Ouragan (Le nouvelliste 23 Avril 2017) Êtes-vous aujourd’hui en mesure de dire à la population où est-ce qu’on est ? Parce que moi, si je me rappelle, la plupart de celles qui ont été réhabilitées en 2016 étaient pour l’affaire des centres de vote pour les élections de 2016.

 Messieurs Dames les dirigeants de l’ACAGA et de l’AMAGA, vous êtes en partie responsables si les fonds prévus dans le budget pour les sections communales ne sont pas jusqu'à présent disponibles. Et si les fonds communaux se distribuent en parti pris ; les maires sont responsables ; car les parlementaires que vous avez élus devraient vous dire quelque chose,  ils ont eu le plein contrôle du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe; ce sont eux qui géraient et gèrent peut être même encore le Ministère de l’Intérieur et de Collectivités Territoriales. Réveillez-vous, mes chers frères, votre silence dur déjà trop longtemps. Qu’attendez- vous pour chauffer le béton ?  Vous êtes  l’une des plus grandes forces de pression du département vu la connexion que vous devriez avoir avec vos mendiants.

Pourquoi acceptez-vous que la question des élections indirectes soit ainsi négligées pour ne pas dire jetées  ? Pourtant dans un laps de temps une commission a été mise avec son budget de plusieurs millions de gourdes pour gérer l’affaire des États Généraux sectoriels ou de conférence intersectorielle pour certains. Cependant, 1 000 000 de gourdes par section communale ne couterait que 572 000 000 de gourdes soit une bagatelle des frais alloués pour le soin des cheveux de la première Dame et de cartes de recharges des responsables du G9. 

Dans les chefs-lieux des départements et des circonscriptions, les bureaux des parlementaires marchaient très bien, leurs personnels recevaient mensuellement leur salaire ; pourtant, à travers les sections rurales vous n’avez même pas une chaise voire un bureau. Vous êtes responsable si ces hommes circulent encore avec facilité dans les localités et habitations de votre section sans aucune honte. Ils vous mentent et vous bêtisent chaque jour qui passe.

Méfiez-vous des gourmands de la FENASEC, de la FENACA, de la FENAM et de certains des parlementaires, ils ne vous aiment pas. S’ils font semblant qu’ils vous renchérissent, c’est de votre popularité et de votre sincérité qu’ils veulent. N’attendez pas trop longtemps pour mobiliser votre peuple et exiger le plus vite que possible à ce que les sections communales soient présentes dans le budget, si non, votre honnêteté  auprès de votre communauté va être sous peu hypothéquée.

À travers toutes les localités et habitations de votre section, mobilisez les paysans, montez des groupements, initiez des rencontres communautaires portant sur le problème des habitants, prendre en considération leur proposition. Informez les paysans sur le fonctionnement de l’administration publique. Sur ce point, je me mets déjà disponible pour vous accompagner.  

Arrangez-vous avec l’ensemble des organisations populaires de votre section pour convoquer les parlementaires de votre département. Car, ils doivent rendre compte à la population sur les fonds prévus pour les sections rurales et les communes. Je vous garantie qu’ils répondront sans réfléchir à votre convocation parce qu’ils ont, non seulement peur de vous, mais parce qu’ils savent également  qu’ils auront besoins de vous très bientôt pour  leur réélection.

Belance Jean Renold, Candidat malheureux pour le poste de CASEC aux dernières élections 2016, Bernagousse première section Commune Pestel.




Commentaires

  1. Très belle observation à Partir de tes lunettes sociologiques!
    Toutes mes félicitations mon cher frère et ami.

    Gué Gabriel
    Psychologue

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.