Accéder au contenu principal

La mairie de Pestel, de nouvelles têtes pour de nouvelles initiatives, par l'Anthropo-sociologue Jean Rénol Bélance

 

La mairie de Pestel, de nouvelles têtes pour de nouvelles initiatives


 En effet, selon Richard Lapierre l’un des meilleurs spécialistes en sociologie du changement social, un remplacement de personnel ne traduit pas forcément « changement social ». Il se produit sans cesse un remplacement de personnel dans la société; une nouvelle génération occupe la place de celle qui s’en va ; un nouveau comité de Direction est élu pour remplacer l’ancien, un parti d’opposition est porté au pouvoir, etc. Le changement de personnel peut parfois, être l’indice d’un changement social  car il permet de voir le résultats découlant de ’annonce de changements. Mais il est loin d’en être toujours nécessairement ainsi[1]. Quelques mois après l’accession de Marie Elène Lesperance à la tête de la mairie de Pestel à titre « d’Agent Intérimaire de l’Exécutif », selon certains, elle a commencé à poser des pions assez intéressants. Elle paraissait très instable au départ, tantôt on la retrouve du côté des dirigeants de (l’AMAGA) Association de Maires de la Grand ‘Anse pour se renseigner sur le fonctionnement de la Marie en tant qu’institution, tantôt à la Cour des Comtes et du contentieux administratifs où elle sollicitait un audit sur la gestion de l’administration antérieure et tantôt au Ministère de l’intérieur et des Collectivités Territorial dans un seul souci de bien comprendre le mode de fonctionnement de la nouvelle institution où elle prend les rênes depuis fin juillet 2020. Par ailleurs, en ce qui a trait à sa commune, elle ne cessait de multiplier ses contacts pour rencontrer l’ensemble des acteurs, les organisations communautaires de base, les leaders religieux de toutes les catégories sociales pour engager, entamer de série d’échanges, de discussions communautaires portant à la fois sur les problèmes, les besoins des habitants mais aussi chercher avec eux des pistes, des éléments de solutions et planifier ensemble un avenir meilleur pour une si belle communauté qui depuis quelques temps sombrer dans la division politique la plus totale entre certains de ses fils.

 Dans le cadre de cette stratégie inclusive et participative dont elle se donne comme méthode de travail, si autrefois on ne se souvient pas des gens qui habitent à « Lilèt[2] » que pendant les campagnes électorales, aujourd’hui la mairesse veut qu’elle soit/fasse partie intégrante de ceux qui administrent la Mairie de Pestel. Ainsi, lors d’une rencontre communautaire au beau milieu de la fête de Noël, sous la demande de la Mairesse, les habitants vivant sur cette petite communauté ont choisi parmi eux, leur délégué auprès de la mairie ; avec pour principale mission  de faire le pont, le lien entre les habitants de cette petite communauté et les autorités municipales etc. Ce qui parait normal ; non seulement parce qu’elle dirige la commune à titre « Intérimaire : elle n’a pas été votée par la population » mais, aussi parce qu’en dépit de tout, le concept changement social évoque avant tout, l’idée d’un phénomène collectif c’est-à-dire, qu’il doit impliquer tout une collectivité où peut être un secteur appréciable d’une collectivité ; il doit nécessairement affecter les conditions ou les modes de vie ou encore l’univers mental de plus que individus seulement[3]. Et, si on voudrait inscrire cette idée de changement social dans une logique disons Parsonienne de la sociologie, le concept pourrait aussi se voir à partir d’une approche structurelle c’est-à-dire, on doit pouvoir observer une certaine modification dans l’organisation sociale ou dans certaines de ces composantes.  Donc, peu importe le sens dans lequel on veut le voir, il ne peut exister de changements dans une communauté sans l’inclusion et la participation des membres de cette dite communauté ; par conséquent, la démarche de la mairesse est noble et répond à l’exigence, au contexte à partir duquel, elle est arrivée à la tête de la Marie de Pestel. Par ailleurs, si selon certaines approches sociologiques, la ville peut  se voir comme étant le lieu d’une culture, d’un mode de vie et d’un système de valeurs sociales distinctes par rapport aux régions /zone rurales[4]. La mairesse elle, veut aussi voir les sections rurales comme étant de véritables centres d’attractions à tous les niveaux ; leur gastronomie, leur fête patronale, la capacité de production des jeunes, leur savoir faire. Ainsi, si dans le temps, on ne parlait que d’activité socioculturelle  à Pestel, aujourd’hui la  commission Intérimaire veut faire ressortir le concept « Littéraire » dans la rubrique socioculturelle à travers sa nouvelle politique culturelle ; d’où l’idée est de promouvoir les capacités intellectuelles des jeunes vivants dans les endroits les plus reculés de la commune Pestel. Cette activité vise les jeunes écoliers et écolières collégiens(nes) comme les lycéens(nes) à travers des concours de textes. C’est une activité hebdomadaire où les directions des différentes écoles concernées  de concert avec les comités de classe feront choix d’au moins trois élèves pour représenter chaque institution. Dépendamment de la distance où se trouvent ces élèves, leurs transports pourraient  assurer par la Mairie. En ce qui a trait à l’organisation de ce concours, il faut rappeler que chaque élève aura la responsabilité de rédiger un texte qui peut être soit en créole où en français. Les sujets / thèmes peuvent être variés, mais toutefois certains thèmes comme : la protection de l’environnement, la gestion des déchets, la délinquance, la domesticité, le viol, les IST[5] et MST[6], grossesse précoce, et finalement certains événements majeurs qui ont marqué l’histoire des Pestelois seront en autres très importants. Dans ces textes, l’élève aura non seulement à exposer les problèmes alors, ce qu’il considère comme problème ou besoin  mais aussi proposer des éléments de solutions. A travers cette activité, Madame Lespérance voudrait à ce que la poésie joue une place importante ; ce n’est pas une poésie visant uniquement l’aspect esthétique des choses avec certains de nos poètes dont : Oswald Durand qui ne cessait de parler de la femme, de l’amour, la nature, Emile Roumer dans « Marabout de mon cœur », plus récemment, Georges Castra avec son recueil titré: Pwèl fanm, etc. Les réalités  politique, sociale et économique actuelle dans laquelle évolue la population Pesteloise exigerait de préférence une poésie déconstructive, engagée disons une poésie à travers ses différentes dimensions que l’on pourrait résumer en quatre points. 1-)  DENONCER: à travers ce concours de texte, la mairesse souhaite que les recueils soient orientés vers la dénonciation de tout ce qui pourrait déranger la bonne marche de la communauté, dénoncer le vol, la corruption, le viol, la diffamation etc.2-) CELEBRER : il faut aussi à travers les recueils de poésie célébrer certaines dâtes historiques et événements importants qui ont pendant longtemps marqués la vie de l’homme Pestelois. 3-) EXPRIMER : il ne suffit pas seulement d’observer, d’endurer, d’endosser les problèmes, mais il faut également qu’on les extériorise à l’oral sous forme de mise en scène, à l’écrit sous n’importe quel genre littéraire qui peut être en prose où en vers. 4-) la dernière dimension qui est celle de REVELER ET INVENTER : C’est à partir de cette dernière qu’on doit découvrir toutes les capacités imaginatives, cognitives des jeunes écoliers (ères). Donc, une telle poésie pourrait en quelque sorte aider les générations à venir à s’engager davantage dans l’identification des besoins sociaux de la commune de Pestel. Car, il est quelques part dit, que l’intellectuel est celui qui s’engage, mais la Mairesse, elle, de son côté, croit qu’un(e) bon(ne) citoyen(e), devrait être celui qui s’engage, qui s’implique dans la résolution des problèmes de sa communauté.

Cette idée, s’inscrit dans une logique de déconstruction quasi totale de la manière dont certains nos devanciers faisaient de la poésie[7].  

Donc, chaque semaine il y aura trois gagnants qui peuvent être d’une même école ; tout dépend de la qualité de leur texte, car des primes intéressantes seront réservées pour ces gagnants. A ce point, pour la bonne et pleine réussite de cette activité, la mairie sollicite de la part des fils et filles et amis de la commune au moins un livre ; les romans Haïtiens dont : Jacques Roumain n’importe de ses textes, même si « Gouverneur de la Rosee » serait le plus important, car on aimerait en profiter pour poser les problèmes de l’eau, de la sécheresse à Pestel, à partir des habitants eux même. Justin Lhérisson à travers ces textes les plus majeurs dont : Zoune chez sa ninnaine, car, la mairie aimerait à partir des jeunes écoliers (ères) commencer par réfléchir sur la problématique  du viol  et de la domesticité, du « Genre » à Pestel et en Haïti d’une manière générale. Mais, tous les textes seront les bienvenus : Fernand Hibbert dans n’importe de ses textes. Jacques S. Alexis, Louis Joseph Janvier, Jean Price Mars, Emeric Bergeau, Anténor Firmin etc... La mairie voudrait dans les jours à venir instituer des ateliers de lectures et des troupes de théâtres à travers toutes les sections communales afin de valoriser les talents  de la jeunesse Pesteloise.

La Mairesse procède ainsi, car une ville est donc une entité sociale, culturelle, politique économique. Disons, c’est comme un être vivant qui a sa période d’enfance, d’adolescence, de vie adulte et de vieillissement[8] .De 1843 à nos jours, c’est déjà 178 ans d’existence officielle, et Pestel est encore à sa période d’enfance à presque tous les niveaux : Infrastructurel, économique  malgré tout ce qu’elle peut offrir sur le plan touristique. Si certaines villes doivent leur naissance par rapport à leur rôle de transbordement de passagers et de marchandises, à l’exploitation des matières premières[9], Pestel de son côté a pris naissance sous la force physique de ses citoyens. Ainsi, on doit former les jeunes (nes) avec une idée de redevance envers leurs ancêtres ; et, on ne peut pas se contenter de constater le vieillissement de notre ville. Il faut poser des actions. Donc, en dépit toutes les priorités que cette nouvelle administration se donne comme mission, malgré sans budget, madame Lesperance veut s’engager au niveau des activités socioculturelles pour un changement d’équilibre et de structure réelle portant sur la logique Parsonienne du changement social.

 Belance Jean Rénold  

 

 

 



[1]LAPIERE Richard, Social Change, New York, McGraw Hill, 1965. Cité dans: ROCHER Guy, Introduction à la sociologie generale,tome 3, changement sociale, p19.

[2]Petite localité située en face du bord de mer du centre ville de Pestel, d’une superficie de moins de 1000 m2. Selon l’un des hauts responsables de l’APP : Association des Pêcheurs de Pestel, cinq ans de cela, cet espace était habite par une centaine de personnes. Par contre, actuellement selon certains notables de la ville, le nombre est d’environs trois cents (300) personnes.

[3] Ibid, p20

[4] JOSEPH H. Chung, ARCHUR Dominique, LAPOINTE Alain, Economies Urbaine, p9

[5] Infections Sexuellement Transmissibles

[6] Maladies Sexuellement Transmissibles

[7] O.Durand, à un certain moment était surnom “Coureur de jupe”

[8] JOSEPH H Chung, ARCHUR Dominique, LAPOINTE Alain, p9

[9] Ibid, p10

Commentaires

  1. Merci bcp.🙏🙏🙏Mwen renmen sa mwen li a,mwen fyè d ou Belance,sa montre m gen moun kap gade,sa vle di efò mwen yo pa nan lib,mwen konte sou kolaborasyon nou tout,konsèy nou yo itil,jodi a nou bezwen fanm ak gason ki renmen lakay yo,mwen kwè nou kapab si nou vle,pestel kapab bèl,nou ka derasinen vye lide ki bloke nou,nan tèt ansanm,nap rive lwen,nap pran plas nou ,nou se lajenès,nou se wozo,nou pliye nou pap kase.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.