Accéder au contenu principal

Pestel encore debout en 1908

 Pestel encore debout en 1908 


Toujours est-il, nous poursuivons avec le survol dont nous faisons sur l'histoire de la commune de Pestel. Cet article aborde la page relative à la participation de Pestel dans la lutte ayant causé le départ de Nord Alexis au pouvoir. Cette tranche d'histoire sur laquelle nous allons nous exposer présentement est le rare chapitre de l'histoire de Pestel où nous n'avons trouvé aucune donnée historique disponible dans les livres de nos historiens. Peu importe, elle mérite d'être relatée car l'histoire quoique se calque beaucoup plus sur les versions officielles, accorde aussi une place à la version orale. Avec toute la complexité que cela implique, nous tentons malgré tout de porter un regard sur cet événement combien intéressant à s'attarder. C'est dans une perspective simmelienne de l'histoire que nous comptons aborder ce chapitre, n'en déplaise à ceux qui se réfèrent à la conception classique de cette discipline. Il est à noter que le sociologue Georges Simmel présente l'histoire comme première mise en forme d'un matériau empirique susceptible d'être repris par la sociologie. Ceci étant dit, on peut partir des vécus des gens, de leurs connaissances pour reconstituer certains aspects historiques importants d'une communauté.

Reconnaissons, tout d'abord, que Pestel n'a jamais manqué, durant le XIXème et le début du XXème siècles, à un événement majeur qu'elle jugeait opportun. Comme tout acteur, sa participation était toujours liée à ses  intérêts mais toujours mal négociés à mon humble avis. Tels étaient les cas de 1843 et de 1883. 

Reconnaissons ensuite que la position géographique dont jouit Pestel en étant située à l'entrée du département a fait d'elle une zone hautement stratégique en terme de blocus. Les Hommes du Sud ne pouvaient en aucun cas se passer des Pestelois lorsqu'ils se livraient bataille contre des pouvoirs. Rappelons-nous que la route de Pestel pouvait à tout moment bloquer aux  forces gouvernementales sur le reste du département ou le ravitaillement des troupes déjà sur place. 

Et il est à noter qu'enfin de compte l'intrépidité dont ont toujours fait preuve certains Pestelois dans les luttes a permis d'allumer les projecteurs sur la commune. On peut mentionner Dorvilier Bruneau. De par toutes ces considérations, nous tentons de chercher les motifs de son énième participation à un mouvement politique dirigé contre un président de la république. 

Qu'est ce qui aurait motivé Pestel après avoir été secouée et ravagée en 1883 à se rallier à la bataille visant à renverser Tonton Nord au pouvoir ? Partant de cette question, je tiens à construire un argumentaire reposant sur la prémisse webérienne (1) postulant que les acteurs ont toujours donné un sens à leurs actions contrairement à l'analyse durkheimienne ( 2 ) inscrivant toute chose dans une logique d'effet de contrainte ou d'effet d'entrainement. Sur la base de cette approche webérienne, nous voulons croire que la participation de Pestel à chacune de ces luttes était déterminée en fonction de ses intérêts idéologiques ou de ses aspirations pourquoi pas de ses cahiers de doléances. Essayons de voir qu'est-ce qui était derrière une telle participation.

L'implication de Pestel à ce nouvel engagement a fait suite à des événements subséquents auxquels elle a pris part. De 1807 à 1867, Pestel a gardé une position progressiste. Mais à partir de 1883, elle a embrassé la position libérale pour laquelle elle a dû payer cher. Son bombardement par les troupes gouvernementales de Étienne Lysius Jeune Salomon ne lui a pas stoppé dans sa marche vers la doctrine libérale. Tout au contraire cette conviction était renforcée lors des élections présidentielles opposant Firmin à Nord Alexis étant donné que la majorité des leaders ont soutenu la candidature du premier au détriment du second. Il a été démontré dans plusieurs discours que les Firministes étaient prêts à tout faire pour contrecarrer l'influence des hommes de Jérémie en campagne pour Tonton Nord. En témoigne l'attitude de Fernand Bernard, l'un des Firministes convaincus, s'apprêtant à couler son bateau à bord duquel se trouvaient certains Jérémiens alliés de Tonton qui ont émis certains propos sur Firmin qui n'ont pas plu à lui, d'après ce qui est rapporté par la tradition familiale. 

Nous avons appris que toutes les grandes familles notables du bourg s'étaient unies pour endosser la cause de Firmin. Il pouvait y avoir cette unité rapportée puisqu'à l'époque Pestel était une communion par sa faible intensité, son mode de structuration, les liens familiaux tissés en référence à la catégorisation dont a fait Georges Gurvitch (3) dans sa théorie sur les groupements sociaux où les paliers s’étagent, s’interpénètrent, s’influencent mutuellement. En plus, il ne saurait y avoir plus de 3,000 âmes à l'époque. Ceci explique en partie qu'il était facile pour qu'il y ait une certaine entente politique. 

Une telle entente entre les grandes familles notables doit être vue analysée, à mon avis, sur deux angles; parce qu'elles voulaient éviter de connaître le même sort de 1883; ou parce qu'elles voyaient Nord Alexis l'incarnation de leur bourreau Salomon. Ou du même parce que la communauté pesteloise composée en grande partie d'hommes de teints clairs voulait tout simplement se rattacher à l'idéologie libérale préconisant un pouvoir aux plus capables. 

Ce qui est certain, cette alliance était véritablement conjoncturelle pour ne pas dire ponctuelle quand nous savons que les conflits idéologiques allaient ressurgir en 1908. C' aurait été un cas exceptionnel si cette unité était tout bonnement naturelle.

Elle était tellement ponctuelle, il a pris si peu temps après l'échec de Firmin dans les élections pour que les luttes claniques se fassent sentir. Les plus convaincus restaient attachés à leur leader parti en exil à Saint Thomas tandis que les moins convaincus ont rejoint le pouvoir de Nord Alexis. Dans ce second rang, se retrouvaient Jean Charles Dubrincourt Lesperance et Augusta Auguste. 

Pour au moins une fois l''avenir a prouvé que les Pestelois avaient raison de soutenir Firmin au détriment de Nord Alexis pour la simple bonne raison que les conditions de vie de la communauté n'étaient pas même à un faible pourcentage améliorées. Tout au contraire, des membres influents de la communauté ont dû faire face à des persécutions politiques. Ce ne serait une raison non plus d'affirmer que le choix de Firmin était un choix rationnel dans la mesure aucun facteur indique que les choses allaient mieux se passer pour nous. Tout allait dépendre des liens qui existaient entre ces familles pesteloises et Firmin. 

Par-delà toutes ces réflexions sociologiques, le contexte était alors favorable pour un mouvement de rébellion contre le pouvoir de Nord Alexis au niveau de la commune. Toute la mise en place était déjà faite à Pestel bien avant où Antoine Simon ait déclenché les hostilités contre le régime de Tonton Nord. Ce n'était qu'une simple formalité. 

 Voici comment les faits se sont déroulés.

Ce mouvement était alors mis en branle par le Jeune Louis Delorme Gilles, Étienne Laplanche, Louis Mallebranche (4). Informés d'une telle situation, les autorités de Jérémie communiquèrent une dépêche au commandant de la commune de Pestel, Dubrencourt Lesperance, l’instruisant de l’arrestation de tous les opposants du pouvoir sous pretexte qu’ils sèment la pagaille. Raphaël Bazile qui etait responsable du bureau postal, et sympathisant au mouvement anti Tonton-Nord, intercepta le message et avant de l’acheminer à son destinataire, communiqua son contenu à Louis Delorme Gilles. Avant même que Dubrencourt put mettre à exécution l’ordre reçu de Jérémie, Louis D.Gilles s’était déjà rendu ,à bord du bateau St. Gérard, en destination de Jérémie afin d’y rencontrer le général de division, Charles Oscar Etienne. Il se trouvait que le fils du général de division était condisciple de Gilles, au Pétit Séminaire collège St. Martial et l’affaire fut donc immédiatement classée. 

De retour à Pestel, Louis Delorme Gilles reprit les armes pour la plus belle contre le pouvoir. Charles Oscar dit alors avoir regretté de ne pas l’assassiner. Louis Malbranche fut assassiné dans la première bataille leur opposant aux partisans de Tonton Nord à Ti Source. 

C'est à la suite de cela que le commandant était venu à Pestel négocier la participation de la commune dans cette lutte. Il est raconté que ce fut près du bourg de Pestel que toute la planification pour renverser Nord Alexis au pouvoir aurait été faite. Louis Delorme Gilles, commandant a intégré les troupes ayant laissé Pestel pour aller combattre Nord Alexis à Port-au-prince. Louis Delorme Gilles était même remarqué aux avant-postes de Portail de Léogane en service militaire quand les troupes de Antoine Simon ont pris d'assaut le palais national. Quelques jours plus tard, sa présence était aussi remarquée au palais national aux fins de rencontrer le nouveau président, selon la version familiale, ce fut peine perdue. 

Finalement Nord Alexis est chassé du pouvoir, et Antoine Simon le remplace. Comment cela s'est passé pour Pestel ? 

Il est rapporté que Pestel n'a tiré profit de sa participation dans cette bataille. À telle enseigne, Antoine Simon a préféré Duthel Beauboeuf, un Jérémien, député de l'Arrondissement de Corail à Louis Delorme Gilles. Cela laisse entrevoir que les Pestelois n'ont peut-être su tirer aucune leçon de leurs expériences passées.

Une telle participation dans les luttes politiques pour le renversement des présidents au pouvoir a quand même scellé la fin d'une longue hégémonie de Pestel à ce genre de mouvement réactionnaire et non profitable à la communauté. Les contestations seront faites sur d'autres fronts. 


Notes 


1. Campeau et al: Individu et société, introduction à la sociologie, ed Gaëtan, p 53. Max Weber s'intéresse aux actes et aux valeurs auxquelles les individus accordent à eux. C'est sur cette base où il a fondé son corpus théorique reposant sur 6 types de rationalité.
2. Ibid. p50. Durkheim affirme que les faits sociaux doivent être étudiés comme des choses. En conséquence, il indique que l'une des caractéristiques des faits sociaux est la contrainte.
3. En référence à des critères objectifs et sociaux il a fait une typologie de société: masse, communauté et communion.
4. Voir le texte à la rencontre de Louis Delorme Gilles disponible sur le blog.

James St GERMAIN @Tous réservés 






Commentaires

  1. Play casino - No.1 for the Casino Guru
    No longer have the poormansguidetocasinogambling opportunity to go https://febcasino.com/review/merit-casino/ to the febcasino casinos 토토 or read the reviews of the slots you love. But they're not always the same. Sometimes you have a new sol.edu.kg online

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.