Accéder au contenu principal

L'histoire de la paroisse Saint Joseph de Pestel


L'histoire de la paroisse Saint Joseph de Pestel 

Tout comme tout patrimoine, la Paroisse Saint Joseph traîne derrière elle une longue histoire. Celle-ci date depuis  19ème siècle. Elle sera retracée pour le bien de tous les Pestelois. 
     Le bâtiment construit par les Franciscains en 1998

Pestel figure parmi les plus anciennes paroisses du pays. En effet, la plupart des écrits font remonter sa fondation en 1821 (1). Elle comptait parmi les quinze premières du Sud ( y compris Grand'Anse) (2). Louis Joseph Janvier avait bien mentionné alors qu'il y eut depuis 1806 une tentative de Gérin et de Pétion d'ériger Pestel et onze autres bourgades du Sud  au rang de paroisse aux fins qu'elles aient une représentativité au sein du collège électoral appelé à former dans une perspective d'affaiblir politiquement Henry Christophe au niveau de cette structure(3). Ce coup monté de toutes pièces n'a pas eu un résultat escompté. C'est finalement sous le président Jean Pierre Boyer à partir de la promulgation de la loi sur la délimitation du territoire du 04 au 17 octobre 1821  Pestel est passée au rang de paroisse.

Paraît-il que, pendant cette période, le terme paroisse aurait été employé dans une acception bien différente de celle d'aujourd'hui. À bien lire les articles relatives à la division administrative des premières Constitutions du pays, il est de toute évidence que ce mot était utilisé pour dénommer les territoires d'une importance administrative et militaire capitale qui ne jouissaient pas encore le statut de commune. Autrement dit, la paroisse désignait une entité administrative et militaire de second rang. 

Une telle compréhension de l'utilisation de ce mot semble être bel et bien justifiée étant donné que ces territoires dits paroisses n'étaient pas reconnues par Vatican comme tels puisque l'indépendance du pays n'était pas reconnue par le saint-siège. Des zones comme Pestel élevées au rang de paroisse ne formaient pas en ce moment une circonscription ecclésiastique comme il est indiqué. C'était parce que Pestel formait en ce moment un espace administratif et militaire qui lui aurait valu le statut de paroisse. 

Sur la base de ce même raisonnement, il importe de signaler qu'au lendemain de l'indépendance du pays, il n'existait pas encore un clergé proprement dit. C'était les rares zones où existaient, depuis la colonisation, une église où la messe était dite secrètement par des prêtres français restés sur place. Car l'empereur Jacques 1er avait mis restriction sur la liberté des cultes (4). 

Quoique les différentes constitutions qui ont vu le jour sous Pétion ont établi le catholicisme comme l'unique religion du pays, cela n'a pas voulu dire qu'il existait alors un clergé dans le pays. D'ailleurs, le fait que Vatican n'a pas reconnu l'indépendance du pays, c'était déjà un obstacle réel à l'établissement d'un clergé dans le pays.  

Ce n'est pas sans raison que c'est le 19 mars 1876  qui est resté dans les annales de l'Église catholique comme la date où Pestel est devenue véritablement une paroisse (5). Ce fut 10 ans après que le Concordat de St Siège ait été négocié entre Vatican et le président Nicolas Geffrard que cet événement a eu lieu. Le pays était alors doté d'un clergé ecclésiastique.

Cette date marque aussi la consécration du bâtiment érigé à la sainteté de St Joseph. Ce fut sous l'administration de Jean Charles leonce Bernard où les premiers clochers étaient érigés et seront plus tard remplacés par ceux qui seront construits sur recommandation du père Legarec.
Le premier bâtiment logeant l'Église St Joseph 

Il aura fallu attendre 1892 grâce à une subvention de $500 de l'État pour le presbytère soit reconstruit(6) puisque la première construction n'était plus valable. Il sera réhabilité plus tard par le Père breton Ernest Legarec. Celui-ci, quand il y fut arrivé, il dota la paroisse d’une chaloupe et d’une moto. Il fait construire l'école presbytérale de la paroisse. C'était en 1979. Il réhabilita le dispensaire et fit venir des infirmières Belges. 
                   Père Ernest Legarec, St Jacques 

Implantéà Pestel (Jérémie) en décembre 1987, l'Ordre des Franciscains Mineurs sous le leadersphip du Révérend père Raymond Malhiot a fait détruire en 1990 le premier bâtiment logeant l'église de la paroisse et fait construire un autre qui sera consacré le 19 mars 1998. Dans le même sillage, cette congrégation a construit aussi le centre paroissial communément appelé CCFAL. 
                    Père Raymond Malhiot, OFM 

Faut-il dire que Pestel n'était pas à sa première construction d'église en 1876. Certaines informations font croire la messe était dite la plupart du temps par des prêtres venus de la paroisse de l’Anse-à-Veau dans une petie église construite depuis 1812. 

Selon les archives dont dispose la paroisse, Pestel a commencé à recevoir des curés, ce fut à partir de l'occupation américaine. En voici la liste. 


Père Guilemot
1924
Père Hyacinthe Guillard 
1924
Père Ricordel
1926-1928
Père Beyel
1929-1930
Père Albert Lietard
1930-1934
Père Blanchet Alfred
1934-1939
Père Nestrohan
1939-1943
Père Audet Maurice
1943-1944
Père Henry Dominique
1944-1949
Père Michel Guyomar
1949-1958
Père Albert Saindoux
1958-1960
Père A. Marius 
1960-1963
Père Nérée Lindor
1963-1969
Père Ernest Legarec
1969-1981
Père Paul E. Surfrin
1981-1986
Père Paul Emile Larocq
Août 1986-février 1982
Père Iris G. Occimable
1987-1988
Pères Raymond Mailhiot, Fabian Mejia
1988-1990
Pères Raymond Mailhiot, Fabian Mejia, Dempsey Loarca
1990-1997
Pères Raymond Mailhiot, Fabian Mejia
1997-2000
Père Michel Peña
2000-2003
Pères Dempsey Loarca et Cesar Florès
2003-2004
Pères Dempsey Loarca et Jaime Pélaz
2003-2006
Père Jean Lundy Parnel
2006-2016
Source : Archive de la Paroisse
Père Jean Parnel Lundy, auteur de plusieurs belles réalisations dans la paroisse.

Actuellement, la paroisse est présidée par le révérend père Cedras Noel 


Notes de référence
1)Linstant,A. Linstant-Pradine,Emmanuel Edouard : Recueil général des lois et actes du gouvernement d'Haïti: 1809-181
2)MADIOU, Thomas: Histoire d’Haiti (1811-1818). Tome V. Ed. Deschamps, p 463 ( en ligne)
3) Les Constitutions d'Haïti (1801-1885 ) consultation en ligne
4) les articles 50 et 51 de la Constitution impériale de Dessalines
5)Micial M. Nérestant, Eglise catholique à l'Aube du troisième millénaire
6)ROUZIER, Sémexant : Dictionnaire géographique et administratif universel d’Haïti illustré ou guide général en Haïti. Vol. I, II, III et IV Imprimerie Breveté Charles Blot, Toronto, 1892. (Consultation en ligne)

Nous remercions Monsieur Fernand Bernard du plus profond coeur de notre cœur et nous dédions ce texte à la mémoire du révérend père Jean Lundy. 

James St GERMAIN @Tous droits réservés 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.