Accéder au contenu principal

L’Arrondissement Anse d’Hainault : Une idée sur les analyses Causales de la sous nutrition, étude réalisée par une organisation Internationale entre Mars à Mai 2019

L’Arrondissement Anse d’Hainault : Une idée sur les analyses Causales de la sous nutrition, étude réalisée par une organisation Internationale entre Mars à Mai 2019.




                      En effet, depuis l’ère du néolibéralisme, il faut dire que les Organisations Internationales ont menés beaucoup de recherche sur Haïti. Ils interviennent dans des domaines divers dont : La santé, l’Education, l’Agriculture, puis ces derniers temps l’assainissement. En toute bonne logique, ce sont donc, les recommandations de ces recherches qui devraient expliquer  leur installation sur le terrain. Cependant, les constats ont prouvé et prouvent encore, que le résultat de ces différentes recherches n’ont pas été toujours  disponible. Et, il semble que même l’Etat à son plus haut niveau n’en a pas été toujours informé, voire la société civile. Cette pratique aurait  commencé à partir de la dernière décennie de la signature du concordat (1860), et qui par la suite allait ouvrir la voie à certaines organisations non gouvernementales dont : La coopération for American Relief Everywere, (CARE), le Catholic Relief Service (CRS), le Service Chrétien d’Haïti (SCH). Sans oublier les deux décennies les plus marquantes dans l’histoire de l’application de la politique néolibérale et de l’avènement des ONG en Haïti à savoir : celle de (1970) qui traduit les premiers pas vers l’application de la politique néolibérale en Haïti ; avec Jean Claude Duvalier qui dans sa tête pensait attirer les millions de l’aide bilatérale. « Sauveur Pierre Etienne ; Invasion des ONG » Du coup, il n’a fait que faciliter l’implantation d’usines de la sous-traitance destinée à l’exportation, mais avec souci de réduire la misère dans laquelle végète la population haïtienne. Ensuite, arrivée vers la décennie (1980), la situation n’a pas changé, les Haïtiens se livraient à des embarcations à destination des Etats Unis d’Amériques. Les mauvaises conditions des embarcations ont conduit aux naufrages et qui, ont du coup, coûté la vie à des milliers Haïtiens. La vulgarisation de ces événements sur la scène internationale apporte de nombreuses ONG Nord Américaines et Européennes  à venir s’installer en Haïti et intensifie leur activités sur le terrain. Ainsi, l’Eglise Catholique en a profité par le biais de la CARITAS  qui a établi tout un réseau de projets de développements en milieu rural couvrant tout le Territoire Nationale. L’année 2010 est la plus spectaculaire en ce qui a trait aux interventions des ONG. Disons que c’était la période de la débandade totale.

                         Ainsi, en tant qu’originaire de la Grand ‘Anse, en tant que citoyen engagé dans les problèmes de notre communauté ; nous estimons qu’il est nessecaire de partager quelques informations  sur une étude portant sur les analyses causales de la sous-nutrition ; peu importe le prix que ça  va nous coûter sur notre avenir professionnel. Car, à notre avis, l’idée de ne pas rendre publique les résultats des recherches paraît tout-à-fait intentionnel.

Cette recherche a été menée par une ONG Internationale dans l’Arrondissement Anse d’Hainault aux mois Mars à Mai 2019, auquel nous avons participé à titre d’Assistant Chercheur. L’objectif de cette démarche est d’abord de rappeler les responsables du Ministère de la Santé Publique plus spécialement à travers son Unité de Coordination du Programme National d’Alimentation et Nutrition (UCPANU) qu’ils ont des suivis à faire. Et ensuite,  alerter les futurs dirigeants de l’ACAGA : Association des CASEC de la Grand ‘Anse, de l’AMAGA : Association des Maires de la Grand ‘Anse, des organisations travaillant dans la protection de l’enfance, les organisations féminines évoluant dans la violence basée sur  le genre (VBG), que leur travail de plaidoirie  suite au résultat de cette étude est devenu de plus en plus immense.

Selon les résultats de l’enquête sur la Mortalité, Morbidité et Utilisation des services (EMMUS VI 2017) sur toute l’étendue du territoire national il est mentionné que 22% des enfants souffrent de malnutrition chronique.  Pour l’arrondissement Anse d’Hainault, l’un des plus reculés en Haïti, de relief montagneux couplé d’un réseau routier les plus rudimentaires et largement dégradé, semble de jouer sur l’écart de la zone des activités du développement. L’indisponibilité des opportunités d’emplois, le déboisement et la dégradation des sols, contribuent à la « non-attractivité » de la zone pour la population, notamment les jeunes générations dont l’accès aux services de base (établissements de santé, écoles, marchés) est limité. L’exposition quasi-annuelle aux aléas climatiques se traduit en une faible productivité agricole et ainsi en volume des ressources financières provenant de ces activités. Malgré une baisse statistiquement significative de la prévalence de la malnutrition en Haïti entre 2006 et 2012, ces tendances positives sont fréquemment perturbées par des crises alimentaires régulières. La dernière, suite au passage du cyclone Matthew le 04 octobre 2016, a plongé l’Arrondissement d’Anse d’Hainault dans une situation de la sévère décapitalisation des ménages. La montée des prix des denrées alimentaires, renforcer par la dévaluation de la monnaie locale a été accentuée par l’endommagement des infrastructures existantes. Par conséquent, le taux de la sous-nutrition estimés lors de l’enquête (SMART 2017), ont remis l’Arrondissement d’Anse d’Hainault sur la carte de l’insécurité nutritionnelle du pays. Ce qui a incité une étude profonde sur les causes de ce phénomène.

                   Selon ce qu’on se souvient, les résultats de cette étude ont révélé que la prévalence de la malnutrition chronique globale (MCG) était estimée à 22,7% (18,2-27,9 IC 95%, considéré comme « élevé » selon les seuils de l’organisation de la santé (OMS) de 2018. Semblablement aux taux de MAG, la prévalence de la MCG semble aussi avoir légèrement diminuée entre 2017 et 2019 à Anse d’Hainault, aux Irois, avec l’exception de Dame Marie où le taux de la MCG a légèrement augmenté. Les analyses entreprises au cours de cette étude Link NCA ont permis d’identifier 19  facteurs de risques susceptibles d’avoir l’effet sur l’incidence de la sous-nutrition dans la zone d’étude. Suite à une triangulation de données provenant des sources diverses, trois (3) facteurs de risques ont été identifiés comme ayant un impact majeur, dix(10) facteurs de risques ont été classés comme ayant un impact important et six facteurs de risque ont été considérés comme étant mineurs. Les trois principaux facteurs de risque prennent ces racines dans la situation économique qui se manifeste par les faibles capacités de résilience de ménages, par la surcharge de travail des femmes, tout en débouchant sur  une augmentation de stress parentale.  La population, étant souffrante et consciente leur situation de son côté a aussi fait certaines recommandations assez intéressantes pour chacun des facteurs de risque qu’elle estime les plus pressent. 

En ce qui a trait aux problèmes de santé ou de faible utilisation des centres de santé : les habitants proposent une augmentation du nombre de personnels travaillant dans le centre de santé et renforce leurs capacités techniques pour la prise en charge des maladies fréquentes. Améliorer la qualité de service offert, y compris l’aménagement de l’espace de travail, la mise en place de matériels/médicaments. Elargir l’offre de services aux établissements de santé notamment la mise en disposition de laboratoires pour certains examens de base et des ambulances pour faciliter le transport en cas d’urgence. Renforcer les activités de sensibilisation communautaire y compris la mise en place d’un système de pénalisation pour ceux qui choisissent de ne pas respecter les consignes communiquées.  En ce qui concerne  la surcharge de travail des femmes/ le niveau de stress maternel élevé, les habitants proposent à ce que toutes les zones urbaines et rurales soient électrifiées ce qui faciliterait l’utilisation des appareils électriques pour certaines taches ménagères avec le potentiel de raccourcir le temps nécessaire pour leur achèvement et/ou de réduire leur cout et/ ou l’impact sur l’environnement (Plaques électriques, fers à repasser, machines à laver etc.). Promouvoir l’utilisation de méthodes de planification familiale et/ ou des rapports sexuels protégés afin de réduire davantage un nombre d’enfants contrôlés par ménage. Promouvoir une répartition équitable de responsabilités au sein des ménages entre les femmes et les hommes.  En ce qui a trait au faible soutien social des femmes : Elles ont demandé à ce qu’on facilite l’accès aux crédits pouvant aider à la mise en place des activités de petits commerces, surtout à travers les bureaux locaux qui doivent être gérées par les femmes a un taux d’intérêts de 2 à 3% avec un délai de remboursement de trois (3) mois, tout en renforçant les capacités des femmes en gestion des ressources financières. Et/ ou de leurs activités commerciales. Faibles capacité de résilience : Pour d’autres groupes avec qui on a eu des discussions assez poussées ; certains ont proposés qu’il y ait de crédits disponibles de 3 à 5% spécifiquement pour les activités agricoles mais avec un délai de remboursement de douze (12) mois sans conditions. La mise en place d’un magasin communautaire spécialisé en ventes et achats des semences afin de réduire toutes pertes financière liée à l’achat d’intrants et/ ou leurs transports depuis les grandes villes. En ce qui concerne les problèmes liés à l’assainissement : Ia population propose de renforcer les activités de sensibilisation communautaire dans le domaine d’assainissement communautaire en collaboration avec les leaders communautaires et les instances administratives en vue de favoriser une prise de conscience graduelle des populations sur des questions relatives à l’assainissement/l’environnement. Faciliter la mise en place des comités d’assainissement, composés de bénévoles communautaires responsables de la gestion des questions relatives à l’assainissement, telles que la construction des latrines, gestion des déchets, nettoyage des cours d’eau, surveillance des plages publiques, etc.. Y compris la pénalisation des individus et/ou des ménages qui choisissent de ne pas respecter les consignes communiquées. 

                       De telles informations peuvent aider les dirigeants qui ont/qui auront à intervenir sur les difficultés dont fait face la population. Ce sont des données fiables, car c’est le résultat de tout un ensemble d’entretiens semi-structurés et de plusieurs rencontres de discussion de groupe, couvrant les principaux thèmes liés aux facteurs de risque validés par les habitants eux-mêmes. La validation a été faite/réalisée à partir d’une technique/outil baptisée de « Jeux d’accord/ désaccord ». Cet outil a permis aux participants de dire s’ils sont d’accords ou pas avec les différentes informations recueillies/notées relatives aux facteurs de risques étudiés dans leur communauté. C’est un jeu très interactif ; pouvant servir à dynamiser et à ouvrir des échanges plus structurés. Cette technique a beaucoup aidé les habitants à explorer leur attitude vis-à-vis des problèmes clés de leur communauté, de manière animée et non menaçante.  Ce jeu nous a été également très utile plus particulièrement au moment ou nous devons explorer l’attitude des gens à l’égard de la problématique « Genre », des traditions culturelles, de la transmission des rituelles ; et finalement de la stigmatisation. Toutefois, il faut préciser que le contenu de ces guides d’entretien a tenu compte des conclusions de tout un ensemble de recherches qui ont été déjà réalisée sur l’Arrondissement Anse d’Hainault. Mais dans le cadre de cette dernière, on a prit soin de ne pas les répéter mais plutôt approfondir la compréhension des facteurs de risque individuels et de leurs interactions dans les zones cibles.


Jean Renold Bellance

Apprenti  chercheur en sciences sociales et Humaines, mais avec un penchant particulier pour l’Anthropologie de la Sante.

     


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.