Accéder au contenu principal

Pourquoi Daniel Fignolé a tant talonné Dumarsais Estimé ?

   Pourquoi Daniel Fignolé a tant talonné Dumarsais Estimé ? une page d'histoire pour justifier une réalité 



L'histoire nous rapporte que Dumarsais Estimé tout comme René Dépestre, Emile Saint Lot et bien d'autres était talonné de temps à autre par le meneur des masses, Daniel Fignolé (1). Cette page d'histoire qui nous est échappée indiquera à quel point une simple divergence de position sur une question peut créer une situation de trouble pour laquelle le pays a tendance à payer très  cher les conséquences.

À côté du poète René Dépestre et François Duvalier, Daniel Fignolé (1915-1986) et Dumarsais Estimé (1900 – 1953) représentent deux des plus grandes figures emblématiques qui ont incarné le noirisme inauguré en 1946 en parallèle à la politique "mulâtriste" imposée par le président Élie Lescot (1941_1946), cause pour laquelle il a été renversé au pouvoir. Ces deux anciens du lycée Pétion se sont imposés chacun à sa manière sur l'échiquier politique grâce à leur vision anti-mulatriste dont ils ont témoigné durant le mouvement contestataire enclenché par les étudiants de Damien. Quoique de même origine sociale (la paysannerie), de même vision et issus d'une même lutte politique, pourtant ils ne se sont pas montrés coopératifs l'un envers l'autre;  ou du moins pourquoi   ne se sont-ils pas rapprochés politiquement l'un à l'autre durant leur évolution dans  la sphère pour le bonheur du pays? Une telle entente que l'on n'a pas pu voir entre les deux leaders de la classe moyenne suscite débat et fait trotter dans l'esprit de certains passionnés de l'histoire des questionnements qui ne sont pas les moindres. La question qui revient sur la table des discussions: pourquoi Daniel Fignolé a t-il talonné le fils de Verrettes (commune de l'Artibonite) lorsque ce dernier accéda au pouvoir? 

Sur la base d'un tel questionnement, j'estime intéressant de faire ressortir  les éléments se trouvant au soubassement de l'échec d'une parfaite collaboration entre les deux leaders. En vertu de cela, je jette mon regard sur le parcours des deux. 

Aussi bien que je porte mon regard sur les faits historiques de l'époque, voici ce que je découvre comme éléments d'informations; Dumarsais Estimé n'était jamais  le premier choix de Daniel. Lors des élections du 16 août 1946 à la chambre ayant opposé Démosthènes Calixte, un noiriste convaincu, Dantès Louis Bellegarde, Edgard Numa à Dumarsais Estimé, Daniel a fait campagne pour le premier (2). Il paraît que le soutien que Dumarsais Estimé a apporté à Élie Lescot pour faire élire ce dernier président quand le président Sténio Vincent le présenta à la Chambre comme son poulain était mal vu par Daniel; car ce dernier trouvait que Estimé était trop modéré dans sa position. 

Dans l'intervalle, Daniel vu comme un gauchiste et un syndicaliste  dirigea son journal Chantiers cofondé en 1942 avec une orientation politique libérale noiriste. Ce fut au moyen  de cet instrument qu'il a fustigé l'élite mulâtre du pays pour son égoïsme (3). L'on comprend bien que le vote de Dumarsais Estimé accordé en 1941 à Élie Lescot qui représentait les intérêts de la bourgeoisie des mulâtres n'est jamais effacé dans l'esprit de Daniel Fignolé. Pour une telle chose, Dumarsais Estimé a dû le payer en partie. 

En plus, je note que le 25 octobre 1946 Daniel Fignolé a dû se retirer du cabinet ministériel d'union nationale du président Estimé qu'il a rejoint à cause de la présence de Georges Rigaud (disciple de  Jacques Roumain) issu de la classe bourgeoise. Il a quitté son poste de ministre de l'éducation pour avoir refusé d'atténuer ses attaques contre les bourgeois. Encore une fois, il a fait parler de son radicalisme noiriste. Aussi a-t-il déclaré: "Si quelqu'un pense pouvoir arrêter ce que je fais pour mon peuple, je serai obligé d'utiliser mon woulo pour le détruire!" (4).

La position radicale de Daniel Fignolé a fait de lui l’incarnation parfaite du noirisme; ce n'est pas aussi pareil pour Dumarsais Estimé qui n'était pas allé dans  toute sa position intransigeante de noirisme qu'il a vendu dans son discours de campagne présidentielle. Son slogan «Un homme noir au pouvoir» qu'il a toujours scandé pour essayer de  donner l'impression qu'il va se démarquer de la domination des mulâtres une fois accédé au pouvoir, il n'a pas tenu sa promesse. La raison  pour laquelle on dit que son discours de campagne a fait banqueroute dès qu'il est arrivé pouvoir  c'est parce qu'il n'a pas mis sur pied un programme consistant à faire la promotion pour une élite noire progressiste. Ce fut la cause principale pour laquelle Daniel Fignolé ne lui est jamais pardonné. 

À la vérité, Dumarsais ne pouvait aller très loin dans sa vision noiriste vu que sa femme était une mulâtresse. Et il ne faut pas oublier que Dumarsais  Estimé avait toujours les yeux rivés sur les États-unis juste pour trouver  de l'aide lui permettant de mettre à exécution son programme gouvernemental. Ainsi la présence de Daniel Fignolé en son cabinet l'a embarrassé, c'est pourquoi il l'a contraint à la démission le plus vite possible. Ce fut une erreur de sa part étant donné que les Américains n'avaient pas répondu favorablement à une telle demande de la part de son gouvernement. 

La démission de Daniel Fignolé à son poste de ministre de l'éducation a eu comme conséquence sa séparation définitive avec le président Dumarsais Estimé. Leur divergence de vision a par conséquent embrouillé  leur cohabitation dans le cadre d'un sauvetage national. Dieu seul sait combien de progrès le pays pouvait connaître si ces deux hommes s'étaient mis ensemble pour construire une alternative. Malheureusement tous deux sont partis en exil sans s'être jamais réconciliés pour le bonheur du pays.

Par rapport à cette divergence de position, Daniel a fait opposition à Dumarsais Estimé en dépit de son esprit d'homme progressiste. C'est le pays qui a payé très cher leur division. Bien avant toute chose, le pouvoir était la source de leur division. Les deux ont utilisé le discours noiriste comme tremplin pour y accéder même si Daniel était beaucoup plus conscientisé sur les problèmes de couleur que son rival. 

Au nom de son esprit anti-estimiste, il a combattu le régime de Paul Eugène Magloire se réclamant de la ligne politique de Dumarsais Estimé, s'est séparé avec Duvalier et Jumelle tous deux rapprochés de Estimé et de Magloire.

L'histoire a peut-être donné raison à Daniel Fignolé qui s'est opposé radicalement à Dumarsais Estimé puisque les données  historiques confirment au fil du temps que l'élite bourgeoise mulâtre est tout aussi radicale dans sa position. Elle est prête à tuer et à déstabiliser le pays pour maintenir ses intérêts de castes et de classe. Ce type de comportement est tout aussi un radicalisme au même titre de celui affiché par quelques éléments de la classe intellectuelle et politique qui s'en prennent toujours à la bourgeoisie.

Cette page d'histoire que nous revisitons doit apprendre l'un à tolérer l'autre dans sa vision si l'on veut offrir une alternative au pays. Daniel Fignolé était allé trop loin dans sa haine contre l'élite mulâtre pour n'avoir pas accepté de se cohabiter avec Georges Rigaud renvoyé aussi par Estimé le 25 octobre 1946 à cause  de sa conviction idéologique qui partageait un discours socialiste au même titre que le Pestelois. En plus, il paraissait trop radical sur ses positions pour ne pas accepter de collaborer avec Estimé qui a visé le progrès du pays. 

Toujours est-il, à défaut d'entente entre Daniel Fignolé et François Duvalier, et entre lui et Clément Jumelle, le pays a fait l'expérience d'une sombre page d'histoire; de nombreux cerveaux ont dû quitter le pays pour se réfugier ailleurs. On nous parle d'une longue liste d'assassinats et de disparus.

La question de couleur est certes un problème fondamental au sein de la société, mais elle ne doit être utilisée comme une tournure victimaire à des fins politiques. Dans de tels cas, c'est la société qui en fait les frais surtout quand le discours est démagogique et instrumentalisé.

Je choisis ce chapitre d'histoire juste indiqué à quel point le radicalisme de par et d'autres a toujours sombré le pays dans le chaos.

L'histoire ne fait que se répéter. Pourquoi ceux au-devant de la scène aujourd'hui qui se disent contre le système n'ont-ils jamais construit une vraie coalition pour le déboulonner ? Si réellement,  ils sont pour une nouvelle Haïti, pourquoi ne s'entendent-ils pas pour lutter contre l'ingérence de la communauté internationale dans les affaires internes du pays? 


Notes de référence 


1.La Révolution de 1946, Leslie François Manigat, Publié le 2008-12-02 | lenouvelliste.com


2.L’héritage indigéniste : La maternité (II) , Gérard Alexis, Publié le 2017-03-21 | lenouvelliste.com.

3.https://bf.wikiqube.net/wiki/Daniel_Fignol%C3%A9

4. Idem


Merci à Yoland Gilles pour m'avoir inspiré ce texte, pour les informations tirées des différentes entrevues que nous avons eu. 


James St GERMAIN

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.