Accéder au contenu principal

5 juin 1981: le virus du SIDA est repéré pour la première fois

 5 juin 1981: le virus du SIDA est repéré pour la première fois



Le 1er décembre, le monde célèbre la journée mondiale du VIH/ SIDA. Pour cette occasion, nous vous proposons un texte tiré sur le site de RFI


Par Nenard Tomic (RFI) 


Le 5 juin 1981, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies rapportent leurs observations sur une nouvelle maladie rare qui agit sur l’immunité de l’organisme humain. Puis, le 20 mai 1983, la revue Science publie pour la première fois une description du virus responsable du sida (VIH). Quarante ans après son apparition, il n'existe toujours aucun vaccin contre cette terrifiante infection responsable de 30 millions de morts à l'échelle de toute la planète.  


Tout commence en 1982 en France. C’est le médecin Willy Rozenbaum, aujourd’hui professeur de maladies infectieuses exerçant à l’hôpital Saint-Louis, qui contacte les chercheurs de l’Institut Pasteur, le Pr Luc Montagnier, à l’époque chef de l’unité d’oncologie virale, ainsi que son directeur de laboratoire, Jean-Claude Chermann et son assistante, Françoise Barré-Sinoussi. 



Le travail conjoint de ces chercheurs français aboutit le 4 février 1983 à 17 h 45 sur une paillasse (un plan de travail dont le revêtement est facilement nettoyable) de l’Institut Pasteur. « Cette découverte est clairement celle d’une équipe dont je faisais partie, constituée des gens de l’Institut Pasteur mais aussi de médecins, d’épidémiologistes, d’immunologistes faisant partie du groupe français d’étude sur le sida que j’avais contribué à créer quelques mois auparavant, se souvient le Pr Willy Rozenbaum. C’est la confrontation des idées, des éclairages de chacun qui a permis d’aboutir sans doute à cette découverte, qui s’est faite certes dans les locaux de Pasteur, mais qui a été le fruit de visions et d’hypothèses émises au sein du groupe. »



En 2008, deux chercheurs sont récompensés par le Nobel de Médecine : Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi. Trente années de combat, de recherche, de doutes pour ces scientifiques qui ont vécu toutes les étapes de cette épidémie hors du commun, du jour où Willy Rozenbaum vient à la rencontre de l’équipe de l'Institut Pasteur. « Moi je ne savais pas ce qu’était cette maladie du sida avant qu’il en parle en décembre 82… raconte Françoise Barré-Sinoussi. Quels étaient les symptômes, comment elle évoluait ».


« Pour moi, continue Mme Barré-Sinoussi, c’était intéressant, ce premier contact et en fonction de ce qu’il pouvait nous dire, de réfléchir à la meilleure façon de trouver l’agent responsable. Et c’est vrai, écouter Rozembaum, pour nous chercheurs, que ce soit Montagnier, Chermann… quand il nous disait "mes patients ont des ganglions généralisés", la première chose qu’on se dit c’est que c’est une réaction immunitaire contre l’agent infectieux donc il doit bien être là quelque part dans le ganglion ».


« On va donc, poursuit encore l'assistante de Jean-Claude Chermann, le chercher dans la culture, tous les deux ou trois jours maximum, afin de tenter de détecter l’enzyme assez spécifique de cette famille de virus que sont les rétrovirus. C’est vrai qu’auparavant, nous avions travaillé avec Jean-Claude sur un rétrovirus de souris qui avait tendance aussi à faire mourir les cellules… et là, nous nous sommes regardés en se disant : hou là… c’est le virus qui fait mourir les cellules ! Et la naïveté du départ nous a fait dire : eh bien voilà, le virus se multiplie et dès qu’il se multiplie, les T4 meurent. On a tout compris de la maladie. Nous étions bien loin de la réalité ».


L'expérience acquise grâce à la mobilisation, aux progrès de la connaissance scientifique et au développement de traitements plus efficaces, a radicalement changé les capacités de réponse face à l'épidémie.


« Il faut être persuadé, qu’au stade des découvertes d’aujourd’hui, ce que l’on a en terme de découvertes scientifiques devrait nous permettre d’avoir un impact extrêmement important sur l’épidémie, la voir diminuer même, si on arrive à dépister et à traiter tous les gens qui en ont besoin, nous rappelle le Pr Willy Rozenbaum. Le traitement permet de diminuer le risque de transmission. Ce simple fait permettrait d’avoir un contrôle sur l’épidémie. Donc il n’y a pas besoin de découverte scientifique supplémentaire pour en bénéficier collectivement. On a déjà les moyens d’intervenir et ces moyens dépendent de l’investissement politique, de l’investissement social, de la lutte contre la discrimination qui ne sont pas des éléments scientifiques, mais des éléments sociétaux ».


Quarante ans de recherche pour des applications en santé publique offrent donc aujourd’hui les moyens de soigner efficacement les personnes atteintes. L'espérance de vie d'une personne dont l'infection est diagnostiquée tôt, et qui bénéficie d'un accès précoce à une prise en charge médicale optimale rejoint aujourd'hui l'espérance de vie de la population générale non infectée. 


La protection et la prévention restent toutefois les meilleurs remparts contre l’épidémie. Grace aux traitements antirétroviraux dont bénéficient plus de 20 millions de séropositifs dans le monde, plus de 30 millions de nouvelles contaminations ont été empêchées. Par ailleurs, les traitements basés sur le principe de la prophylaxie préexposition (PrEP) révolutionnent la vie des personnes séronégatives mais très exposées au risque de contamination par le VIH, comme les personnes homosexuelles, les usagers de drogues par injection ou les prostitués. Mais le traitement n’est pas accessible à tout le monde en raison de son prix très élevé que seulement les pays riches peuvent prendre en charge.  


La lutte contre le virus passe aussi par les tests de séropositivité. En France environ 25 000 personnes ignorent leur statut sérologique et leur séropositivité ce qui constitue un nouveau moteur de transmission de la maladie. Environ 6000 personnes sont contaminées chaque année dans l’Hexagone.



Article  de RFI 






Commentaires

  1. Ann pa bliye yo te Metè sida sou do pèp Ayisyen
    Pigwo manti sou tèt Ayiti
    Nou soufri anpil

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.