Accéder au contenu principal

Histoire et portrait d’un homme qui a marqué sa génération


Histoire et portrait d’un homme qui a marqué sa génération 


À travers de ce texte, je vais tenter de parcourir l’itinéraire de la  vie d’un homme qui a marqué son par son engagement, son activisme et son dynamisme. Yoland Gilles, Bwayo pour les intimes, laisse ses empreintes au sein de la communauté pour avoir été député, homme d’affaires, spéculateur et un communautariste.  Critiqué par certains pour son côté manipulateur, il est en dépit de tout quelqu’un parmi tant d’autres à qui  Pestel est redevable, car une de ses flotte encore sur le toit de la commune. 


Commençons par le commencement


Né le 6 juin 1932,  Yoland a grandi dans une famille ayant une grande influence dans la vie politique de la region de la Grand’Anse. Son père Ney Delorme était sénateur, juge de paix. Son oncle Louis Gilles l’était aussi et son grand-Père était général de la place (chef de police rurale), de même que Louis Gilles à qui l’on remonte la lignée de la famille. Tout petit, Yoland suivit de près l’activisme de son père et de son oncle. Il se rappelle les différentes défaites de son père aux  élections(hormis celles de 1924 l’opposant à son cousin Léonce)auxquelles il prit part, ses démarches après sa défaite aux élections de 1946 conclues par sa nomination par le président Paul Eugène Magloire au sénat de la République en 1950. Selon tout ce qu’il dit, il dialogue de temps à autre avec son père et avec son oncle sur les choses politiques. C’est par les truchement de tout cela qu’il parvient à se former politiquement. 


C’est à Corail dans une petite école que Yoland a  fait ses études primaires avant qu’il entame ses études secondaires au lycée Alexandre Pétion. Il a fait une étude en comptabilité. 


Au lycée Alexandre Pétion, il aiguisa sa conscience politique. Il y prit activement à des activités à caractère politique. Il fut un membre d’un club regroupant en son sein des élèves qui deviendront plus tard de grandes figures de la lutte contre le régime des Duvalier dont son grand ami Rockefeller. Et ce club où se sont défilés des personnes telles que Claude Moïse, Michel Hector a été contrainte de se dissoudre sur les pressions  du président François Duvalier. 



Dans la maison où Yoland élit domicile à Port-au-Prince pendant ses années d’études, il était en contact avec ClémentJumelle, Max Laplanche et consorts. Pour dire vrai, Yoland était un Fignoliste de cœur, un Jumeliste par principe. 


À la ruelle Laraque où il habitait quand il débarqua à peine à Port-au-Prince, il rencontra assez souvent le professeur Daniel Fignolé qui défraya en ces temps-là  la chronique. Séduit par son éloquence, le jeune Yoland suivit de près Daniel dans son entreprise politique si bien qu’il se rappelle que Jean Bernard et lui ont  eu l’habitude d’aller suivre les débats à la chambre des députés. C’est la raison pour laquelle il sait sur les doigts toutes les citations qui restent célèbres du professeur. 


Dans l’intervalle, il profita toujours de ses jours de vacances pour s’impliquer dans les activités sociales de sa communauté au point qu’il se rappelle avoir créé un groupe « troubadour », en tant que chanteur et guitariste, qui anima le bourg tous les soirs. Il y organisa des matchs de football même n’étant pas footballeur. 


Dès son retour dans son patelin vers 1960, il est devenu le leader incontestable de la jeunesse pestéloise.  Il poursuivit la lutte qu’il a débutée à Port-au-Prince contre François Duvalier. À cause de  cela, il a connu à plusieurs reprises la prison. Une fois, il se fit arrêter en compagnie de maître Dalencourt, alors professeur à la faculté de droit de Port-au-Prince et ancien commissaire de gouvernement, de ses cousins Dr Pierre Gilles et Hervé Laplanche sur motif complot contre la sûreté de l’État, une autre fois, en 1970, pour une affaire de trac distribué en pleine nuit. Dans ce tract, il y eut la mention « ÀBAS DUVALIER  » retrouvé sur le pavé à la basse-ville au lendemain d’une soirée ponctuée de l’animation d’un groupe de troubadour et servit de prétexte pour son arrestation en compagnie de Antoine Gilles,  de Paul Alcégaire et Lucien Joseph. 


En 1967, sa prise de position en faveur de Valès  Beauboeuf était déterminante pour la réélection de ce dernier dans la commune et pour l’arrivée de Laurent Lemite à la mairie de Pestel. Tout cela était négocié lors d’une rencontre avec Beauboeuf sur ordre de ses sympathisants. 

 

Parti aux États Unis vers 1975 pour rejoindre sa famille, il se lança dans d’autres activités pour gagner sa vie. Revenu à Pestel en 1982, il se relança dans la politique après consultation de plusieurs personnes. L’année suivante, il part aux élections législatives l’opposant à diverses figures comme Frédéric Chéron, Fritz Laplanche, Daniel Etienne. Gagné haut les mains la compétition électorale, il siégea pendant deux ans au parlement. Ses élections supportées par une grande frange de la jeunesse pestéloise ont marqué une rupture dans la domination des Duvalier à Pestel puisque, sous l’ère de ce dernier, tous les députés étaient des non Pestelois. 


Pendant son mandat, il a déposé le projet de l’électrification de Pestel, entreprit des démarches pour la construction du lycée, fit venir des techniciens pour une étude sur le captage de Source de Savon, un projet qu’il porte à cœur, la construction d’un pont à Corail. 


Rentré en Haïti en 1990, Yoland a fait campagne pour Marc Louis Bazin au détriment du prêtre défroqué Jean Bertrand Aristide. Ce fut la position de la famille. 


Durant tout son parcours, il se fait aider par sa conjointe Élange Desrisier, une Badaréroise, qui devient une Pestéloise authentique. 


Parlons  maintenant de ma realation avec Bwayo. 


Un jour de l’année 2010, en longeant la ruelle qui mène à la seconde rue principale, j’ai entendu une voix qui m’a hélé; je me suis arrêté pour voir qui et c’est ainsi que je vis venir Bwayo vers moi en m’appelant «Ti Kouzen ».  Ce jour-là , il m’a dit tas des choses que Personne ne m’a raconté avant. C’est au cours de cette conversation que j’allais apprendre que ma grand-mère était la petite-fille du général Louis Delorme Gilles. 


Je rencontre un homme de bon commerce, quoiqu’on dise. Bwayo, à l’instar de tout le monde,  n’est pas parfait. Il se fait aimer tout comme il est détesté par certains. Il est critiqué pour son idéologie et sa prise de position. 


Yoland Gilles participe activement à la vie de la communauté; on le retrouve dans toutes les activités sociales. Même n’étant footballeur, il savait organiser des matchs de football. Il a participé à la création des équipes de foot. 


Si familier qu’il est, il prenait part à toutes les activités que ce soit la gaguère, que ce soit les veillées ou les rassemblements politiques, n’en parlons pas des bals sous les tonnelles. Il est l’homme de toutes les couches sociales pour avoir entretenu relation avec les paysans, les notables, et les élites de certaines grandes villes du pays. 


Yoland se fait toujours entourer de jeunes. Il a toujours un conseil à donner, une histoire à raconter, une blague à partager. Pour moi, il a une tête d’historien, de romancier tant il remonte bien les faits. Il est rare des personnages qui me raconte des tranches d’histoire de Pestel sans passion; il critique quand c’est nécessaire. Il a osé critiquer son père dans l’affaire l’opposant à Léonce. 

  

Pour finir, je dirais que Bwayo est un épicurien né. Pour répéter mon ami Emmanuel Bernard, Personne n’aime la vie autant que Bwayo. Si pointu, Yoland est devenu une bibliothèque ambulante, un potomitan de la communauté pestéloise. C’est un homme au verbe facile, d’une grande influence politique et plein de fougue. 


James St Germain 












Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.