Accéder au contenu principal

Quand Dr Sénèque Philippe sauve la vie des enfants

 

Quand Dr Sénèque Philippe sauve la vie des enfants 



Par Dale Hanson-Bourke


Le Dr Philippe est le seul médecin au service de 80 000 Haïtiens dans 69 villages de sa ville natale de Pestel, en Haïti.



Nous y réfléchissons à peine. Un doigt coupé et on attrape un pansement de la trousse de secours. Une légère fièvre et nous courons vers l'armoire à pharmacie pour l'ibuprofène. Quelque chose de plus grave et notre médecin appelle une ordonnance que nous récupérons à la pharmacie voisine.

Mais pour des millions de personnes vivant dans les pays pauvres, il n'y a pas de trousses de premiers secours ni d'armoires à pharmacie. Les pharmacies, souvent à une journée de voyage ou plus, stockent des médicaments bien trop chers pour le commun des mortels, ou pire, des pilules faites de matériaux inutiles ou toxiques.

Ainsi, les coupures ne sont ni traitées ni couvertes, ce qui entraîne souvent des infections majeures. Les fièvres continuent d'augmenter et les maladies ne sont pas traitées. Et les maladies chroniques qui pourraient être facilement gérées deviennent une condamnation à mort précoce.


L'Organisation mondiale de la santé estime que plus de 2 milliards de personnes dans les pays pauvres en ressources vivent sans accès aux médicaments de base dont elles ont besoin. Et pour les fournisseurs de soins de santé, cette statistique est déchirante.


l n'y a rien de pire que de voir une patiente, de diagnostiquer son problème et de savoir qu'un simple médicament peut la guérir, puis de ne pas avoir accès à ce médicament », explique le Dr Cici Lugo, un médecin travaillant dans les zones à faible revenu de la République dominicaine. "Même de nombreux hôpitaux ici n'ont pas de médicaments. Nous faisons donc de notre mieux pour aider ceux qui sont malades, mais notre capacité à les soigner est gravement entravée par le manque d'accès aux médicaments.

C'est la raison pour laquelle MAP International (www.map.org) a été lancé, il y a près de 65 ans, par Ray Knighton, qui a vu le grand besoin auquel les médecins étaient confrontés pour accéder à la médecine lorsqu'ils travaillaient dans des régions reculées et pauvres du monde.

En collaboration avec des sociétés pharmaceutiques, MAP fournit des médicaments donnés et achetés à des missions médicales travaillant dans certains des endroits les plus difficiles du monde. Pour le Dr Lugo et d'autres, les médicaments font toute la différence.

« Je suis tellement reconnaissante pour les médicaments que nous avons reçus de MAP », dit-elle. « Ils sont de la meilleure qualité et exactement ce dont nous avons besoin pour nos patients. Et quand nous sommes capables de dire à quelqu'un qui est malade mais qui a peu d'argent que le médicament est gratuit - un cadeau - le patient pleure souvent de gratitude.


Un don récent est allé au Dr Philippe Sénèque que, le seul médecin au service de 80 000 Haïtiens dans 69 villages depuis 1993. Pour le Dr Philippe, comme l'appellent ses patients, chaque jour est un combat contre la malnutrition, le paludisme, la tuberculose et d'autres maladies infectieuses. L'hôpital le plus proche est à plus de 60 miles sur une chaîne de montagnes (plus de trois heures de route), ce qui signifie que les urgences doivent souvent être traitées du mieux possible sur place.

La santé des patients du Dr Philippe est souvent compromise par leurs conditions de vie et leur statut économique. La plupart vivent toute leur vie sans nutrition adéquate ni accès aux vitamines. Pour les femmes enceintes, en particulier, cela entraîne des problèmes de santé qui sont trop souvent transmis à la génération suivante.

Et lorsque des personnes dont la santé est compromise sont ensuite exposées à la maladie, leurs chances de résister à l'infection sont faibles. La mortalité infantile et les maladies infantiles sont particulièrement élevées dans ces zones rurales.


Un autre défi pour les Haïtiens est qu'un pourcentage élevé des médicaments disponibles dans le pays sont soit contrefaits, fabriqués à partir de substances telles que le talc ou le sucre, soit dangereux car ils contiennent des substances contaminées ou impures. En l'absence d'équivalent de la FDA dans la plupart des pays pauvres en ressources, les « médicaments » ne sont souvent pas du tout médicinaux et sont trop souvent nocifs parce qu'ils ont été dilués.

Alors le Dr Philippe fait de son mieux, comptant sur les dons de médicaments du MAP et sur les visites d'infirmiers et de médecins qui se portent volontaires pour aider à la clinique rurale de Moline, ou à l'une des autres petites structures de santé de la région.

En raison de la mauvaise qualité de l'air, l'asthme est un problème croissant dans la population, mais les inhalateurs ne sont pas largement disponibles. Gladys Mungo, une infirmière qui travaille avec le Dr Philippe, grâce au parrainage des Enfants d'Haïti, raconte cette histoire : « Nous avons eu un nourrisson qui a été amené à la clinique, ayant des difficultés à respirer. Nous n'avions pas de nébuliseur avec nous. Le médecin a rapidement maîtrisé les choses et a demandé à la mère d'inhaler le médicament et de le respirer lentement dans la bouche du bébé. Cela a pris un certain temps, mais ses voies respiratoires ont été dégagées et la respiration sifflante a commencé à s'atténuer et le bébé allait bien. Le Dr Philippe a passé ses bras autour de la mère et a dit : ‘Vous avez sauvé votre bébé.’ »


Gladys se souvient de l'histoire d'un autre bébé, laissé sur les marches d'une église par une femme qui mourait de la tuberculose et qui voulait s'assurer que son enfant de cinq semaines serait retrouvé et pris en charge. « Nous avons pu nous occuper du bébé avec les médicaments à portée de main. Parfois, notre travail est écrasant et avant de déplacer le bébé dans un orphelinat, je me souviens avoir crié à Dieu. « Pourquoi suis-je ici ? » Ce bébé s'est retourné et a pris ma main et l'a tirée vers son cœur. C'est pourquoi je suis en Haïti, pour les enfants.


« Depuis, elle a été adoptée par une Haïtienne qui n'a pas pu avoir d'enfants. Maintenant, ce bébé est le battement de cœur de la dame. Ils vont très bien tous les deux et l'enfant est maintenant à la maternelle.


Pour le Dr Philippe, avoir des médicaments donnés par MAP signifie que les gens ont aussi assez pour traiter correctement les maladies chroniques. Parce que la plupart des patients n'ont pas les moyens d'acheter des médicaments, ils essaient de répartir tout ce qu'ils ont, sautant parfois des doses ou ne les prenant que les jours où ils se sentent particulièrement mal. L'hypertension artérielle, un problème courant en Haïti, est souvent traitée de manière symptomatique plutôt que régulière.

Lorsque les dons rendent le médicament plus régulièrement disponible, les patients peuvent alors prendre la dose quotidienne appropriée pour traiter leurs maladies chroniques.


Pour les patients du Dr Philippe, les dons de médicaments sauvent souvent des vies. Les antibiotiques guérissent les infections qui se sont propagées et menacent des vies. Les thérapies de réhydratation orale traitent les personnes gravement déshydratées par les maladies diarrhéiques et le choléra. Les décongestionnants aident à lutter contre la congestion chronique que connaissent tant d'enfants et d'adultes. Et les vitamines, en particulier prénatales, aident à se prémunir contre les maladies courantes chez les personnes souffrant de carences chroniques en vitamines.

Des médecins comme le Dr Philippe Seneque, le Dr Cece Lugo et des milliers d'autres travaillent là où les besoins en matière de santé sont grands, mais les traitements et les guérisons dépendent souvent des dons d'étrangers. Le président de MAP, Steve Stirling, déclare : « Enfant, j'ai grandi en Corée et j'ai souffert de la polio parce que les médicaments n'étaient pas disponibles. Chez MAP, nous nous engageons à faire en sorte que les médicaments parviennent aux quatre coins du monde, afin qu'aucun enfant ne souffre ou ne meure inutilement par manque de médicaments.

Pour en savoir plus sur MAP International, visitez www.map.org.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.