Accéder au contenu principal

À la rencontre de François Cheron, un homme d’un entêtement farouche

 À la rencontre de François Chéron, un homme d’un entêtement farouche 


Dans la galerie des  personnages ayant marqué la scène politique pestéloise de 1930 à 1970, figure l’homme d’affaires François Chéron (1908-1983). Au cours de son passage sur l’échiquier, ce dernier a laissé le profil d’un homme d’un entêtement farouche, d’un  militant communautaire  et d’un homme au  franc parler. On le fait passer comme un rival redoutable pour les Gilles. Sa biographie est alors truffée de plusieurs pages passionnantes qui ne sauraient passer sous silence. 

Tombeau où François Chéron est enterré. 


Ce texte est pour reconstituer la vie de ce politicien qui a laissé un grand héritage politique pour sa progéniture. 


Commerçant, grand propriétaire foncier, François Chéron  est né en 1908 de l’union de la Coraaillaise Emicia Narchet et de Joseph Nicolas Chéron, alors notaire, avocat et commerçant. Son père, né en 1850, a pu s'établir commerçant à Jérémie après une jeunesse consacrée à l'étude et au travail et a vécu une partie de son enfance au palais national auprès de son oncle Alexandre Pétion. Il fut un ancien juge de Paix de Jérémie, ancien Député de Pestel, en 1914; il a signé la convention Haïtiano-Américaine, en la qualité de premier Secrétaire de la Chambre de Députés. Sa dernière fonction fut le délégué des finances à Jérémie sous le président Louis Borno. Le grand-père de François était Eudamus qui fut un militaire à Jérémie, transplanté dans la Grand’Anse vers le milieu du 19ème siècle dans la décennie de 1860. Sa lignée remonterait à Étienne Leblanc de St. Chéron établi au temps colonial dans la région de Croix des Bouquets. 


Sa mère Emicia Narchet, directrice de l’école nationale des filles à Pestel, est descendante de Jean-Jacques Thomas qui avait débarqué à Pestel vers 1700 pour fuir la guerre des religions en France. Dans la parentèle d’Emicia, on trouve également Bernard Gousse qui s’établit sur l’habitation qui porte actuellement son nom, Jacques Junior Thomas qui s’établit par la suite à Camp-Perrin, Charles Thomas qui a combattu dans les rangs du général Nicolas Geffrard à Anse-à-Veau, Vaudreuil qui a épousé Elzine Ferdinand, une nièce du président Pétion, un notaire public à Pestel, Premise, la Comtesse de Nippes sous l’empire de Faustin Soulouque, Yolande, la grand-mère de Benoît Battraville et Étienne Narchet un médecin. 


François Chéron  a été éduqué par sa mère Emicia qui fut une institutrice. 


François Chéron a eu pour épouse Anne Marie Brière qui était la fille de Julia Picault et de Franck Brière. Marianne, qui accompagna son frère Fritz à Jacmel, est retourné à Pestel pour donner un coup de main dans l’enseignement après avoir passé son brevet. 


En 1940, François, tombé amoureux de Hélène Décossard, une militante politique et féministe, a laissé le bourg de Pestel pour aller s’établir à Duchity où il a fondé en 1944 ses premiers emplacements. Puis, il a créé sa maison de commerce, une petite brasserie. Il a établi des pôles de commerce tout au long des sections communales de Pestel dont au centre-ville, à Joliguibert. 

La 1re maison résidentielle des Cheron, 1944


François Chéron  fut maire de Pestel entre 1930 et 1932. Ce fut sous son administration où il y eut la réalisation de la bande  reliant Devan Legliz à Tèt Siman; il a utilisé les ciments transportés par le bateau qui fut  naufrage en 1930, ce drame est généralement appelé le vendredi noir de Pestel; puis, il a construit l’emplacement de la Place se trouvant devant la nouvelle Église Catholique. Il a été à deux reprises député de Pestel; on le retrouva dans la 33ème législature (30 janv.1941-12 janv.1945 ) puis dans la 36ème (déc.1950-10 avril 1955 ) renvoyée par le président Paul Eugène Magloire. Ce fut pendant qu’il fut député où il a entrepris des démarches aboutissant à la construction de l’école nationale de Duchity qui porte présentement son nom. 


Parlant de Magloire, François fut un proche du président pendant qu’il siégea à la Chambre des Députés. Après avoir renvoyé le parlement, François fit opposition à Magloire. N’était-ce pas son beau-frère Fritz qui fut colonel de l’armée d’Haïti, il aurait été arrêté par le gouvernement de Paul Eugène Magloire. 


François, dans les élections présidentielles de 1956, s’est rallié à la cause de l’homme d’affaires Louis Déjoie. Une fois que Déjoie a perdu les élections, François s’est retiré de la scène jusqu’en 1979 où il a rejoint le président Jean Claude Duvalier. C’est ainsi qu’il a occupé le poste du responsable de la VSN de la commune. 


En 1961, soupçonné de complot contre la sûreté de l’Etat, le sénateur Ney Delorme Gilles et lui avaient été convoqués au cabinet de Luc François, alors ministre de la justice, sous l’accusation de tentative d’assassinat sur la personne du Révérend Père Marius. Une accusation qu’ils ont rejetée. Pour rappel, n’était-ce que le ministre, Luc François, qui connaissait les deux hommes du temps qu’ils étaient parlementaires sous le gouvernement de Paul Eugène Magloire, eut déclaré l’accusation non fondée, on ne sait ce qui serait advenu de ceux-là… Ce qui fut joué en leur faveur dans cette affaire. Selon certaines informations de la famille, François était un adversaire de François Duvalier. 


En 1981, François a reçu chez lui une délégation de 4 ministres en mission pour le président Jean Claude. Il s’agit de Théo Achille, Lafontant, Chanoine et Alix Cinéaste. D’après ce qui est raconté par la famille, François a hésité d’accepter de recevoir cette délégation, mais a finalement décidé de l’accueillir, ceci en raison de la présence de son ami Alix Cinéaste. 


Il est aussi raconté que François a reçu pompeusement en sa résidence privée François Duvalier quand ce dernier était en campagne dans la Grand’Anse. 


Pendant qu’il a occupé la scène politique, François Chéron  a toujours fait opposition aux Gilles. Une seule fois, il a pris position pour eux au détriment de son beau-frère Pierre Tardieu mais a dû les lâcher par la suite. 


François Cheron est décédé le 09 septembre 1983 où il est enterré dans son fief à Duchity. 


Ces informations sont recueillies auprès de  son fils Frédéric Chéron  et dans les archives de la famille. 








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vidéo: Pestel: une espèce étrange découverte

 La population de Pestel a découvert, ce 7  mars, dans le fond une espèce d’animal qui leur paraît étrange. Il s’agit d’une espèce rare voire endémique. Selon une source contactée, elle serait atterrie dans la rade en suivant la trajectoire d’un voilier.  Voir vidéo 

Un jeune pressenti comme candidat à la députation

Un nouveau candidat à la députation en lice  Cette semaine, à la surprise générale, un nouveau visage fait soudainement son irruption sur la scène politique et s’apprête à se lancer officiellement dans les prochaines compétitions électorales.   Le jeune entrepreneur et ingénieur Francky Mesmin se dit prêt à se présenter candidat à la députation dans la prochaine compétition électorale pour la circonscription de Pestel.    Le jeune candidat multiplie déjà ses contacts et ses relations sur le terrain afin de rassembler le plus de gens autour de sa candidature.  Francky se dit engagé pour rehausser l’éclat de la commune. 

Décès du Dr Sénèque Philippe

Décès du Dr Sénèque Philippe  Le directeur médical du centre de santé de Pestel, Dr Sénèque Philippe, est décédé ce mercredi 23 mars, des suites d’un cancer. La nouvelle du décès du médecin a été confirmée par ses proches.  Pestel connexion blog présente ses condoléances aux familles Philippe et Belance.